Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 novembre 2012

RDC : Prise de Goma… et après ?

Joseph Kabila a perdu Goma. La capitale du Nord-Kivu est tombée mardi presque sans combats aux mains des rebelles du M23. La rébellion contrôle entièrement la ville et les postes frontières avec la ville rwandaise voisine de Gisenyi. L'armée congolaise s'est repliée vers Saké à 20 km à l'ouest de Goma. Que va faire le M23 de cette victoire ? Il y a pour l'instant plus de questions que de réponses.

Capture d’écran 2012-11-20 à 23.23.16.pngGoma est tombée à 11h33 ce mardi. Il aura fallu 6 jours d'offensives aux rebelles du M23 pour prendre la capitale du Nord-Kivu. La ville est tombée comme un fruit mûr, l'armée congolaise ayant préféré fuir vers l'Ouest. Le M23 a aussi pris le contrôle des 2 postes frontières avec la ville rwandaise de Gisenyi… tout un symbole, le Rwanda est accusé de soutenir le M23.

Tenir la ville

Si la chute de Goma est un coup dur pour le président Kabila, les difficultés commencent pour les rebelles. Car après avoir pris la ville, le M23 va devoir la garder. La capitale provinciale du Nord-Kivu compte 300.000 habitants sur un territoire de 75 km2. Le M23 n'a jamais dévoilé le nombre de ses hommes, mais en comptant 2 à 3.000 soldats, quadriller la ville et en contrôler l'accès ne sera pas chose facile. La rébellion administre plusieurs territoires autour de Bunagana et Rutshuru, qui nécessite déjà une forte présence militaire.

Risques d'exactions

Deuxième élément, il faudra éviter les pillages, les règlements de comptes, sans parler des risques de provocations. Sur ce plan, le M23 a souvent fait preuve d'une certaine "discipline". Discipline toute relative si l'on écoute les ONG des droits de l'homme et l'ONU qui ont noté plusieurs cas d'exactions. Dans une note rédigé aujourd'hui, International Crisis Group s'inquiète des "risques de représailles, d'exécutions extrajudiciaires ciblée", notamment "envers les autorités et les activistes de la société civile qui ont pris position contre le M23". Il faudra donc gagner la confiance des habitants de Goma.

Vers une guerre régionale ?

Troisième inquiétude : les risques de généralisation du conflits dans la région des Grands Lacs. International Crisis Group (ICG) craint une "nouvelle guerre régionale" qui risquerait de relancer "une dynamique de guerre entre la RDC et le Rwanda" voisin. Il faut dire que depuis 1994, Kigali a déjà envahi par deux fois le Congo (1996 et 1998). Le Rwanda est également accusé par 2 rapports de l'ONU de soutenir le M23, ce qu'il récuse. Pour éviter l'embrasement régional, il faudrait, toujours selon ICG, une plus grande implication de la communauté internationale et notamment de la Monusco, la mission de l'ONU en RDC. Il y a environ 6.700 casques bleus au Nord-Kivu, qui ont assisté en simples "spectateurs" à la prise de la ville. Une situation "absurde" pour Laurent Fabius, le Ministres des Affaires étrangères français, qui a réclamé une révision du mandat des casques bleus déployés en RDC.

Kigali et Kampala

Si le problème est régional, la solution l'est aussi. On sait que l'Ouganda et le Rwanda, deux voisins 'turbulents" de la RDC, sont fortement soupçonnés d'aider militairement la rébellion. Il semblerait que le président Joseph Kabila, qui a notamment appelé la population congolaise "à se mobiliser" et à se "défendre", est déjà parti à Kampala, pour discuter avec les présidents ougandais et rwandais de la situation. Difficile de prévoir ce qui pourra en sortir. Seule indication : si Joseph Kabila, possède encore une "légitimité internationale", il sort très affaibli de sa défaite à Goma.

Trois scénarios

Que va faire le M23 de la prise de Goma ? Il est clairement trop tôt pour le dire. Mais il existe au moins trois scénarios. Le premier : pousser Joseph Kabila à négocier et à faire des concessions. Après avoir demandé la reconnaissance des accords du 23 mars, concernant l'intégration des ex-rebelles dans l'armée et à l'intégration politique de leur mouvement, le M23 a élargi ses revendications. Il parle maintenant d'un changement de gouvernement et de revenir sur les élections "truquées" de 2011. Que peut lâcher Joseph Kabila ? Sans doute pas grand chose. Deuxième scénario : le M23 poursuit son avancé et s'emparant d'autres villes… et pourquoi pas faire route sur Kinshasa. Beaucoup de rebelles ne cachent plus leur volonté de voir le président Kabila "partir". Et il ne partira que par la force. Troisième scénario : le pourrissement. Le M23 "s'enferme" dans Goma, qu'il administre pour continuer d'avoir la main sur cette région riche ressources minières. Le Nord-Kivu deviendrait alors une simple annexe du Rwanda voisin. En attendant, la situation du M23 reste "confortable" militairement. L'armée congolaise est en "débandade" à une vingtaine de km de Goma et la Monusco n'a pas opposé de résistance.

100.000 réfugiés

Pour l'heure, la situation s'est "détendue" à Goma dans l'après-midi de mardi. La vie a timidement repris. Le seul bilan des combats disponible est celui noté par l'AFP sur place : 37 personnes blessées par balles, dont 12 enfants. Seul point noir, les réfugiés. Ils étaient plus de 100.000 décomptés par Médecins sans Frontières, "sans abris, sans eau et sans nourriture" et certains "porteurs du choléra". Les civils paient le prix fort de la chute de Goma.

Christophe RIGAUD - Afrikarabia

RDC : La bataille de Goma a commencé

Tombera ou tombera pas ? Le sort de la ville de Goma semble désormais appartenir aux rebelles du M23 qui campent depuis 2 jours à la périphérie de la capitale provinciale du Nord-Kivu. Après le refus du président Joseph Kabila de négocier avec la rébellion, le M23 affirme vouloir "repousser" l'armée congolaise "le plus loin possible" de ses positions.

carte RDC Afrikarabia GomaV2.jpgGoma prête à tomber aux mains de la rébellion, le scénario était prévisible. Depuis la création du M23 en avril dernier, le rapport de force ne s'est jamais inversé : les rebelles avancent et l'armée congolaise recule. A deux reprises seulement, et pour de très courtes durées, Kinshasa a pu reprendre du terrain sur l'ennemi, mais c'était sans compter l'aide des casques bleus de la Monusco, ou plutôt de leurs hélicoptères. Depuis 7 mois, le M23 mène donc la danse face à une armée fantôme, qui déserte le plus souvent ses positions. Pas étonnant de retrouver aujourd'hui le M23 dans les faubourgs de la ville de Goma, prêt à en découdre.

1996, 1998... 2012 ?

Ville symbole de toute une région, le Nord-Kivu, Goma est déjà tombée deux fois face aux rebelles. Une première fois en 1996 avec l'AFDL, soutenue par le Rwanda et une deuxième fois en 1998 avec le RCD, toujours soutenu par le Rwanda. La ville pourrait donc tomber une troisième fois... et toujours avec l'aide du Rwanda, accusé de soutenir le M23. L'ONU l'a déjà dénoncé dans plusieurs rapports d'experts, dont le dernier en date devrait sortir dans quelques jours. Le soutien rwandais constitue d'ailleurs la meilleure excuse de Kinshasa pour expliquer la déroute de ses militaires.

Infiltrés dans Goma

4 jours après l'offensive du M23, la bataille de Goma paraît inévitable. Les troupes rebelles du colonel Mukenga se tiennent depuis dimanche soir aux alentours de l'aéroport et du camp Munigi à 3 km du centre ville. Deux sources différentes nous ont confirmé que plusieurs groupes de rebelles seraient déjà infiltrés dans plusieurs quartiers. Ces mouvements de troupes ont poussé une partie de la population à fuir la zone, vers l'Est au Rwanda ou vers l'Ouest vers la ville de Saké. Une source nous indiquait que l'aéroport de Goma avait été déserté par la Garde républicaine, chargée de sa sécurité. L'information n'est pas confirmée pour l'instant. Idem sur la présence de l'armée régulière au centre ville. Beaucoup nous disent que les FARDC ont déjà quitté le centre et parlent de "déroute", alors que le gouverneur de la province, Julien Paluku, affirme le contraire. Des chars ont été vus dans Goma centre et des renforts de l'armée régulière sont attendus en provenance de Bukavu.

Prêt pour l'assaut final

Ce lundi, les rebelles ont lancé un ultimatum aux autorités congolaises, leur demandant de démilitariser la ville et d'ouvrir des négociation. Quelques heures plus tard, le gouvernement a annoncé qu'il ne négociera pas avec le M23. Après ce refus, dans l'après-midi, les rebelles semblaient prêt à lancer l'assaut final… une question d'heures nous affirmait-on. Les affrontements se sont donc poursuivis toute la journée de lundi dans plusieurs zones autour du quartier Munigi, et notamment autour de l'aéroport, qui apparaît être la prochaine cible du M23. Les rebelles, qui expliquent que leurs offensives ne sont que des "réponses" aux attaques des FARDC, ont affirmé lundi vouloir "repousser" l'armée congolaise "le plus loin possible" de ses positions. Reste la Monusco (les casques bleus). Le M23 nous a affirmé qu'elle ne faisait que "reculer". La bataille de Goma a donc bel et bien commencé.

MISE A JOUR : Lundi 19 novembre dans la soirée le M23 est brièvement entré la ville de Goma.

Christophe RIGAUD - Afrikarabia

18 novembre 2012

RDC : Le M23 à 2 km de Goma

Dimanche matin, les rebelles du M23 affirment se tenir à 2 km de la ville de Goma. Après avoir repris la ville de Kibumba à l'armée congolaise (FARDC) dans la journée de samedi, la rébellion a continué sa route vers la capitale provinciale du Nord-Kivu et stationne maintenant près du camp de Munigi et de l'aéroport.

L'aéroport de Goma est actuellement désert, alors qu'il est censé être défendu par la Garde républicaine. Le M23 a déclaré ne pas souhaiter prendre Goma, mais seulement "éloigner" l'armée congolaise. Autorités provinciales et militaires se seraient déjà repliées vers Bukavu au Sud-Kivu. La situation est restée calme cette après-midi à Goma. Pas de coups de feu, ni d'incidents.


Christophe RIGAUD - Afrikarabia

Matata Ponyo (RDC) : Opération séduction à Paris

En visite en France pendant 3 jours, le Premier ministre de République démocratique du Congo a dressé un premier bilan économique de son gouvernement et demande "un peu de temps" pour mesurer les effets de sa politique.

Matata Ponyo filtre 1.jpgLe président Joseph Kabila n'avait jamais connu un si bon VRP. Un curriculum vitae irréprochable, le ton calme, les propos mesurés, "l'économiste" Matata Ponyo a tout pour rassurer. Spécialiste de politique monétaire et  budgétaire, le Premier ministre est venu pour vanter les "progrès" réalisés par la République démocratique du Congo, mais aussi pour faire oublier les tensions du Sommet de la Francophonie. Missions délicates.

Indicateurs économiques au beau fixe

Sur le plan macro-économique, Matata Ponyo affiche de bons résultats : un taux d'inflation "en dessous de 3%", un Franc congolais "stable" avec l'euro et un taux de croissance en progression pour l'année 2012 (7,2%)… Seul souci, ces bons chiffres ne semblent toujours pas bénéficier à la population congolaise dont presque 70% vit encore sous le seuil de pauvreté (- de 2$ par jour). Pour inverser la tendance, Matata Ponyo compte sur le secteur privé pour être "le moteur de l'économie" congolaise et sur les investisseurs étrangers pour venir faire des affaires en RDC. Là encore, il y a deux problèmes récurrents : la corruption quasi endémique, que l'opération "tolérance zéro" n'a pas endigué, et le retour de la guerre à l'Est du pays qui auraient plutôt tendance à faire fuir les projets d'investissement.

Un peu de patience...

Les bonnes intentions sont là, mais la route paraît bien tortueuse pour le Premier ministre congolais. L'année écoulée a vu reculer la RDC dans le classement Doing Business 2013. Le Congo se retrouve classé à la 181ème place sur… 185. Mais Matata Ponyo a rappelé qu'en avril dernier, la RDC avait adhéré à l'OHADA, l'Organisation pour l'Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires et que des progrès étaient en cours, comme la mise en place (un peu chaotique) de la TVA, le nouveau code des douanes ou le renforcement de la sécurité juridique et judiciaire pour les entreprises. Le Premier ministre espère bien que ces réformes porteront leurs fruits dès 2013. Matata Ponyo demande donc un peu de temps et de patience pour mesurer les effets positif de sa politique. Son gouvernement est en effet au commande depuis depuis seulement 6 mois. Mais avec un budget lilliputien de 8 milliards de dollars, la marge de manoeuvre de Matata Ponyo apparaît très limitée.

Aucun contrat de signé

Au cours de sa visite de 3 jours en France, le Premier ministre conoglais a rencontré Jean-Marc Ayrault, son homologue français, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, Pierre Moscovici, ministre de l'Economie, Pierre Canfin et Yamina Benguigui chargés du Développement et de la Francophonie, mais aussi les patrons du MEDEF. Matata Ponyo a affirmé "qu'aucun contrat n'était en cours", mais a confirmé l'intérêt de la société Total dans le secteur des hydrocarbures à l'Est de la RDC. Un bémol cependant, la situation sécuritaire se dégrade de jour en jour dans la région, avec la reprise des combats entre les rebelles du M23, soutenus par le Rwanda, et l'armée régulière autour de la ville de Goma.

Clin d'oeil à la diaspora

Comme souvent dans ce genre de déplacement à l'étranger, le Premier ministre congolais a souhaité s'adresser à la diaspora congolaise, très présente en France. Matata Ponyo a donc insisté pour que ces Congolais investissent de nouveau au pays. Pour le Premier ministre, les Congolais de l'extérieur ne doivent plus hésiter à venir "faire des affaires en RDC". Pas sûr qu'un tel message soit complètement entendu par la diaspora congolaise de France, majoritairement hostile au régime de Joseph Kabila.

Droits de l'homme et démocratie

Les deux points noirs de la situation en République démocratique du Congo restent le conflit qui agite l'Est du pays depuis plus de 15 ans et la situation des droits de l'homme et de la démocratie. Sur ces sujets, le Premier ministre est moins convaincant (ou moins convaincu, lui-même par la politique qu'il doit défendre). Sur le processus de démocratisation, qui "doit se poursuivre", selon lui, le Premier ministre reconnaît "des erreurs" pendant les élections très controversées de 2011. Mais la Commission électorale (CENI) à la base des fraudes est toujours en place et peine à se réformer. Comme preuves des progrès démocratiques de la RDC, Matata Ponyo note la présence de "150 députés de l'opposition à l'Assemblée nationale"… un argument un peu faible pour justifier les nombreuses irrégularités des dernières élections.  "Quelques soient les erreurs et les insuffisances, l'expression démocratique s'est affirmée", insiste le Premier ministre. Pas un mot sur les arrestations arbitraires d'opposants politiques ou sur l'affaire Chebeya, qui tourne à la parodie de justice, depuis que l'on sait que le principal suspect, John Numbi, ne sera pas jugé.

Concernant la situation sécuritaire au Nord-Kivu, le Premier ministre a confirmé que le rapport final des experts de l'ONU mettait en cause des "officiels rwandais" dans le soutien du Rwanda aux rebelles du M23. Matata Ponyo a indiqué avoir reçu "une oreille attentive" des autorités françaises sur le sujet et souhaite voir renforcer le mandat des casques bleus de la Monusco (voir vidéo).


Conférence de presse d'Augustin Matata Ponyo à... par ChristopheRigaud

Si Matata Ponyo reste le meilleur atout de Joseph Kabila pour rassurer la communauté internationale et les nombreux bailleurs du Congo, sa seul présence ne suffit pas à faire oublier les nombreux errements du régime. Depuis les élections chaotiques de novembre 2011 qui ont fortement affaibli l'autorité de Joseph Kabila et le retour des combats au Nord-Kivu, la RDC entre de nouveau dans une zone de forte turbulence. Si Matata Ponyo demande un peu de patience aux Congolais pour voir la situation s'améliorer… le temps presse.

Christophe RIGAUD - Afrikarabia

Photo : Matata Ponyo à Paris - Novembre 2012 © Ch. Rigaud www.afrikarabia.com

17 novembre 2012

RDC : L'armée rwandaise impliquée au Nord-Kivu ?

Le gouvernement de République démocratique du Congo (RDC) dénonce ce samedi la participation de l'armée rwandaise (RDF) aux côtés des rebelles du M23. Kinshasa affirme que "3.500 éléments M23 et RDF" ont repris la ville de Kibumba "en passant par la frontière de Ruashi". Le M23 et le Rwanda démentent ces informations.

carte RDC Afrikarabia Kibumba V2.jpgAprès 3 mois de statu quo, les armes ont de nouveau parlé au Nord-Kivu. Depuis le 15 novembre, les combats ont donc repris entre les rebelles du M23 et l'armée régulière congolaise (FARDC). Le Sommet de la Francophonie en octobre et les élections américaines début novembre avaient calmé les ardeurs guerrières. Mais les infructueuses palabres de Kampala ont eu raison de la patience des belligérants. Qui a déclenché les hostilités ? Impossible de le dire pour le moment tant la situation est confuse autour de Goma. Le M23 accuse l'armée régulière (FARDC) d'avoir attaqué les premiers, alors que Kinshasa affirme le contraire. Seule certitude, depuis environ deux semaines, les positions du M23 avaient été fortement renforcées.

Au centre des combats, la localité de Kibumba. Jeudi 15 novembre au matin, les autorités congolaises affirment qu'un millier de combattants du M23 attaquent la ville. Quelques heures plus tard, l'armée congolaise repousse le M23, causant la morts de 113 rebelles. Toujours selon le gouvernement, le 17 novembre à 4 heures du matin, "3.500 éléments M23 et RDF" (l'armée régulière rwandaise, ndlr) ont repris la Kibumba "en passant par la frontière de Ruashi".

Ce samedi, les autorités congolaises ont clairement accusé le Rwanda voisin d'être derrière la victoire militaire de Kibumba. Kinshasa affirme que les défaites successives de l'armée congolaise ne peuvent s'expliquer que par une implication "massive" d'une "armée étrangère". Ce que dément formellement Kigali et le M23.

Le Premier ministre congolais, Augustin Matata Ponyo, tout juste de retour de Paris, a tenu aujourd'hui une réunion extraordinaire du Conseil des ministres. Le gouvernement a apporté de nouveaux éléments de la présence de l'armée rwandaise dans les combats du Nord-Kivu. Selon Kinshasa, "3 bataillons" de l'armée rwandaise (RDF) commandés par le général Ruvusha, "2 unités spéciales" et "1 unité d'artillerie lourde commandé par le général Gatama Kasumba" auraient participé aux combats dans la bataille de Kibumba.

Le gouvernement congolais révèle ensuite qu'un sergent de l'armée rwandaise, Claude Rugamba, aurait été capturé par les FARDC. KInshasa indique également que "sur la dépouille mortelle du lieutenant-colonel Maombi, un officier des RDF, a été retrouvé un appareil de communication avec un SMS : " ce plan a échoué. Repliez-vous avec vos hommes. On va monter un autre plan".

Il est bien sûr impossible, pour l'instant, de vérifier ces informations. Le M23 affirme avoir été attaqué par les FARDC et Kigali dément catégoriquement la présence "d'un seule de ses hommes" au Nord-Kivu. La situation est encore très floue sur le terrain où il est très difficile de reconnaître un rebelle du M23 d'un soldat rwandais puisqu'ils portent le même uniforme. L'aveu provient d'un officier congolais.

Selon les dernières informations disponibles, la Monusco, la mission de l'ONU présente sur place, aurait lancé une attaque sur les positions du M23, au moyen d'hélicoptères (Mise à jour samedi 17 novembre à 22h10).

Christophe RIGAUD - Afrikarabia

14 novembre 2012

RDC : Les 4 vérités de Roger Lumbala

Dans une longue interview accordée à Afrikarabia, l'opposant Roger Lumbala dénonce la responsabilité de Joseph Kabila dans le retour de la guerre à l'Est de la République démocratique du Congo. Roger Lumbala l'accuse également de financer l'opposant rwandais Faustin Kayumba pour s'affranchir de la tutelle de Paul Kagame. Un jeu dangereux qui plonge, selon lui, la RDC dans un nouveau conflit.

Roger Lumbala 2 filtre.jpgRoger Lumbala revient de loin. Début septembre, l'opposant congolais est brièvement arrêté par les services de renseignements burundais à Bujumbura. Soupçonné de conspiration contre le régime de Joseph Kabila et de collaboration avec la rébellion du M23, Roger Lumbala échappe aux officiers de renseignements congolais venus le chercher par avion et réussit à se réfugier dans l'ambassade d'Afrique du Sud. Comme aucune charge ne pèse sur lui au Burundi, Lumbala  regagne finalement Paris le 16 septembre 2012, où il rejoint sa famille. Le député Lumbala est ensuite convoqué par l'Assemblée nationale congolaise pour venir s'expliquer. Il demande à Kinshasa de garantir sa sécurité… en vain. Persuadé d'avoir échappé au pire, Roger Lumbala vit maintenant en exil à Paris, où nous l'avons rencontré.

- Afrikarabia : Dans une lettre adressée à l'Assemblée nationale congolaise (consultable ici) vous tenez pour responsable Joseph Kabila de l'insécurité qui règne en République démocratique du Congo. Vous dites même, que selon vous, il a organiser l'instabilité du pays. De quels éléments disposez-vous pour dire cela ?

- Roger Lumbala : On dit que assumer des responsabilités dont on a pas la compétence est un crime. Aujourd'hui Joseph Kabila n'est pas en mesure d'imposer l'autorité de l'Etat et d'assumer ses responsabilités. Il a une responsabilité toute particulière dans ce qui se passe à l'Est de la République démocratique du Congo. Au mois d'avril, Bosco Ntaganda m'appelle pour me solliciter et me demande d'aller discuter avec lui à Goma. Il s'agit d'une vielle connaissance lorsque nous étions au RCD-N. Il y avait à l'époque Laurent Nkunda, Makenga et les autres… ils nous respectaient beaucoup. Il m'appelle et je réponds positivement, car à l'époque il se passait déjà des choses à l'Est. Etant républicain, j'ai tenté d'appeler le président de l'Assemblée nationale (Aubin Minaku, ndlr), qui n'a pas répondu. Le nouveau ministre de l'intérieur n'est pas mon ami (Richard Muyej, ndlr). Je ne peux donc pas aller vers lui pour lui raconter de telles confidences. J'ai donc appelé Adolphe Lumanu, l'ancien ministre de l'intérieur, en présence de Bosco Ntaganda par téléphone, pour qu'il écoute l'entretien. Lumanu m'a dit qu'il devait appeler le président de la République pour lui exposer le problème car il s'agissait d'une mission délicate. Le chef de l'Etat lui a déconseillé et a demandé à Lumanu de me dire de ne pas aller à Goma. J'ai trouvé cela un peu bizarre. C'est ensuite Ntaganda qui m'appelle pour me dire que Joseph Kabila l'a appelé pour lui demander de ne pas me recevoir. Etrange ? Si on revient un peu en arrière : Bosco Ntaganda est recherché par la Cour pénale internationale (CPI). Joseph Kabila déclare que pour des raisons de sécurité et de paix en RDC, il ne peut pas livrer Ntaganda. Et donc, il laisse Ntaganda dans le territoire de Rutshuru, là où celui-ci avait ses hommes. Voilà comme Joseph Kabila a renforcé Bosco Ntaganda. Ntaganda avait déjà prit de l'argent à la banque centrale de Goma. Il a ensuite arrêté un avion qui allait chercher de l'or avec de vrai-faux dollars… personne n'a rien dit… pas même le chef de l'Etat. Voilà comment Joseph Kabila alimente Bosco Ntaganda en argent, en armes et en munitions.

- Afrikarabia : Vous dites que Joseph Kabila joue double-jeu ?

- Roger Lumbala : Non, il est complice ! Sachant que Bosco Ntaganda est recherché par la CPI, Joseph Kabila refuse de le livrer, ne veut pas le déplacer, le maintient dans son fief avec ses soldats et l'alimente en argent ! Après sa réélection très controversée de novembre 2011, la pression internationale s'est accrue sur Joseph Kabila : "tu dois livrer Bosco Ntaganda", lui dit-on. Kabila prend contact et se retrouve avec Bosco Ntaganda et Paul Kagame (le président du Rwanda voisin, ndlr). Kabila expose son problème et explique qu'il a "une chape de plomb sur la tête". Il propose de ne pas arrêter Bosco Ntaganda pour le livrer à la Cour pénale internationale, mais de le garder pour le juger en République démocratique du Congo. Paul Kagame dit "non" et Bosco Ntaganda dit "non" en disant que "ce n'était pas cela le contrat". Et c'est donc à partir de ce moment là que débute les hostilités au Nord-Kivu. C'est pour cela que je dis que Joseph Kabila est responsable de ce qui se passe à l'Est de la République démocratique du Congo.

- Afrikarabia : Dans votre lettre à l'Assemblée nationale, vous dites aussi que Joseph Kabila financerait l'opposition rwandaise, en versant de l'argent au général rwandais Faustin Kayumba, actuellement en exil en Afrique du Sud ?

- Roger Lumbala : Joseph Kabila joue au jeu du chat et de la souris. Depuis 2003, Joseph Kabila verse une "prime de guerre" à Paul Kagame par l'intermédiaire de Katumba Mwamke (son plus proche conseiller, décédé le 12 février 2012, ndlr). C'est une prime pour l'aide de Kagame dans la résolution de la crise de 2003 : 25 millions de dollars chaque année. Aujourd'hui, Kabila cherche à se débarrasser de Kagame et surtout ne veut plus payer cette somme. Que fait-il ? Il décide de soutenir l'opposition rwandaise. C'est pour cela qu'Augustin Katumba Mwamke entre en contact avec le général Faustin Kayumba Nyamwasa, qui a d'ailleurs échappé à un attentat en Afrique du Sud (le 19 juin 2010, ndlr). Ils se sont rencontrés plus de 5 fois. Joseph Kabila veut donc rééquilibrer ses relations avec Kagame en soutenant l'opposition rwandaise. Joseph Kabila est aussi en "alliance" avec le pouvoir hutu du président burundais Nkurunziza. Dans cette région, on sait qu'il y a une animosité viscérale entre hutu et tutsi. C'est pour cette raison que Kayumba, qui est hutu, est soutenu pour Nkurunziza, qui est lui aussi hutu, contre Kagame le tutsi. Joseph Kabila est aussi en relation avec Agathon Rwasa (des FNL, en lutte contre le pouvoir burundais, ndlr) et Pascaline Kampayano… on n'y comprend plus rien, tout cela fait de la "bouillabaisse".
Cela explique tout de même la position du Rwanda qui pense que, lorsque vous êtes avec ses ennemis, vous devenez son ennemi. C'est ainsi que le Rwanda… (ça je ne sais pas si on peut le dire, car eux-mêmes ne le disent pas,  c'est comme cela qu'ils)… tolère (voila l'expression que je peux utiliser), c'est pourquoi le Rwanda tolère le va et vient du groupe de Bosco Ntaganda (le M23, ndlr) à sa frontière.

- Afrikarabia : On peut dire que le président Joseph Kabila essaie aujourd'hui de s'affranchir de la tutelle rwandaise ?

- Roger Lumbala : C'est exactement cela. En faisant du Rwanda le diable agresseur, Kabila peut faire oublier au peuple congolais qu'il a été mal élu. Le peuple est tombé dans ce panneau là, avec la communauté internationale. Cette communauté internationale qui peut d'une certaine manière reconnaître le régime de Joseph Kabila, par le simple fait que son pays est agressé par le Rwanda. Alors que c'est Joseph Kabila qui est à l'origine de ces troubles.

- Afrikarabia : Le gouvernement vous a soupçonné de "haute trahison"  et de travailler avec les rebelles de M23. Etes-vous proche de cette rébellion ?

- Roger Lumbala : Est-ce que le gouvernement m'accuse d'empêcher les FARDC de se battre ? Je ne suis ni chef d'Etat major des forces congolaises, ni ministre de l'Intérieur, ni celui des Renseignements. Dans le cas où j'aurais été en relation avec le M23, qui a empêché les FARDC de se battre ? Je ne suis qu'un élément de "distraction". Ma chaîne de télévision a été incendiée (RLTV, ndlr), le signal des deux chaînes a été coupé, on a tiré sur ma résidence à Mbuji Mayi… tout cela montre à quel point le régime de monsieur Kabila cherche à abattre Roger Lumbala. Toutes ces accusations qui sont portées contre moi… c'est parce que je suis de l'opposition.
Pour répondre à votre question, je n'ai pas aujourd'hui de relations directes ou indirectes avec le M23. Cela ne veut pas dire que je ne connais pas les acteurs du M23. Je connais beaucoup de monde, Joseph Kabila le sait très bien. Je connais Paul Kagame, James Kabarebe (ministre rwandais de la défense, ndlr)… j'ai travaillé avec eux de 1998 à 2003 (lors de la deuxième guerre congolaise, ndlr). Mais je ne me suis intéressé aux problèmes de l'Est qu'après l'appel téléphonique de Bosco Ntaganda (en avril 2012, ndlr).

- Afrikarabia : Le gouvernement congolais vous accuse également de soutenir la rébellion du colonel John Tshibangu au Kasaï-Oriental. Quelles sont vos relations avec John Tshibangu ?

- Roger Lumbala : Est-ce que John Tshibangu est en rébellion ou bien a fait défection ?

- Afrikarabia : Il a d'abord fait défection de l'armée régulière avec certains de ses hommes le 16 août 2012, puis a ensuite été accusé par Kinshasa d'être entré en rébellion…

- Roger Lumbala : … mais il n'a jamais fait la rébellion ! John Tshibangu n'a jamais pris un iota de territoire…

- Afrikarabia : A un moment donné, on a entendu dire qu'il avait pris la ville de Kabeya Kamwanga ?

- Roger Lumbala : Non, il n'a jamais rien pris. Rien n'a jamais été confirmé. Concernant John Tshibangu, il faut faire la différence entre la rébellion et la défection. Combien de militaire congolais font défection chaque jour en République démocratique du Congo ? Des milliers. Pourquoi la défection de Tshibangu intéresse beaucoup plus le pouvoir ? Parce que cela se passe dans le Kasaï… chez Etienne Tshisekedi… et chez Roger Lumbala (tous les deux sont originaires de cette province et dans l'opposition politique, ndlr). Une fois de plus, le pouvoir fait de la "distraction" pour masquer son incompétence sur le terrain.

- Afrikarabia : En cherchant sur internet, on trouve des personnes qui disent que vous étiez à Bujumbura pour chercher des armes pour John Tshibangu. Est-ce vrai ?

- Roger Lumbala : Il y a beaucoup d'extrapolation. Quand je suis allé à Bujumbura, je suis allé ensuite à Uvira et à Fizi (au Sud-Kivu, ndlr) puis je suis en revenu à Bujumbura. A aucun moment, les autorités burundaises n'ont déclaré que j'avais des armes. Sinon, j'aurais été arrêté par les autorités burundaises.

- Afrikarabia : Quelles sont vos relations avec John Tshibangu, que vous connaissez ?

- Roger Lumbala : John Tshibangu, je le connais effectivement très bien. Il était avec nous au  RCD. Monsieur Tshibangu est le commandant en second de la 5ème région militaire au Kasaï. Il se trouve qu'il vient à Kinshasa avec sa femme qui avait une grossesse difficile. Personne n'a voulu l'aider à l'Etat major général. Tshibangu vient me voir et me dit : "grand frère, si tu ne m'aides pas mon épouse va mourir". Je lui ai donné 2000$ et lui m'a donné en gage un document d'une parcelle qui lui appartenait. Monsieur Tshibangu a donc pu soigner son épouse. A partir de ce moment là, il y a eu cassure avec l'autorité militaire et John Tshibangu. L'autorité qui n'arrive pas à lui donner de l'argent pour soigner sa femme lui demande d'aller se battre à l'Est ! Au Kasaï, Tshibangu rencontre un autre problème. Il s'agit du général Obed, un militaire d'expression rwandophone, comme on dit (tutsi, ndlr). Les hommes d'Obed sont les mieux équipés, les mieux nourris, les mieux payés par rapport aux FARDC (armée régulière, dont les hommes d'Obed, d'ex rebelles sont censés faire partie, ndlr). Les hommes d'Obed vivent en vase clos, sont bien nourris, font des fêtes et reçoivent les visites presque quotidiennes du général, alors que John Tshibangu, son second, n'a même pas accès au campement… Qu'est-ce que cela veut dire ?

- Afrikarabia : Vous dites que c'est l'une des raisons de sa défection en août dernier ?

- Roger Lumbala : John Tshibangu a fait beaucoup de rapports là-dessus… et personne ne l'a jamais écouté ! Quand Obed apprend que Tshibangu fait des rapports, il fait lui aussi son propre rapport et Kinshasa exige alors qu'Obed ramène Tshibangu à Kinshasa, manu militari !

- Afrikarabia : Le M23, John Tshibangu et Roger Lumbala, s'ils ne collaborent pas ensemble, ont un objectif commun : pousser au départ le président Joseph Kabila. Vous pourriez vous retrouver tous les 3 si les événements venaient à mal tourner pour le président congolais ?

- Roger Lumbala : Non, pas du tout. Je suis dans une démarche démocratique. Je suis élu (Roger Lumbala est député national, ndlr), même réélu. Mais l'article 64 de notre constitution dit que le peuple congolais doit faire barrage à l'individu ou le groupe d'individus qui s'impose par la force...

- Afrikarabia : … c'est exactement ce que dit John Tshibangu pour justifier sa défection.

- Roger Lumbala : Si John Tshibangu, qui est militaire, veut utiliser l'armée pour faire barrage à Joseph Kabila… il est dans la constitution.

- Afrikarabia : On sait très bien qu'après les militaires, vient toujours le temps de la politique. Vous serez de ceux-là ?

- Roger Lumbala : Je suis un politique en vue... parmi les autres. Par mon travail, je me distingue. Je fais une politique active. On dit souvent que, quand l'arbre monte, il attrape beaucoup de vent…

- Afrikarabia : Aujourd'hui, vous êtes en exil à Paris car votre sécurité n'est pas assurée à Kinshasa. Comment envisagez-vous votre avenir politique ? Que comptez-vous faire ?

- Roger Lumbala : L'opposition. Je vais continuer dans l'opposition jusqu'à ce que le peuple congolais pousse Kabila à partir.

- Afrikarabia : Depuis Paris ?

- Roger Lumbala : Je suis à Paris, mais cela ne m'empêche pas d'aller dans d'autres pays pour aller solliciter des soutiens. Moi, je veux que le peuple congolais prenne ses responsabilités. Je ne veux pas que ce soit Roger Lumbala, le M23 ou John Tshibangu… je veux que le peuple congolais puisse faire comprendre à monsieur Joseph Kabila qu'il n'a pas été élu. D'ailleurs, nous sommes satisfait du comportement affiché par le président François Hollande, qui a bien montré à Joseph Kabila qu'il ne pouvait pas le considérer comme son homologue.

Propos recueillis par Christophe RIGAUD - Afrikarabia

Photo : Roger Lumbala à Paris - Novembre 2012 © Ch. Rigaud www.afrikarabia.com

12 novembre 2012

RDC : Une coordination pour soutenir John Tshibangu

A Bruxelles, le Front du peuple congolais pour le changement et la démocratie (FPCD) propose de trouver des "appuis financiers et diplomatiques" à la rébellion du colonel John Tshibangu. Ce haut gradé de l'armée congolaise a fait défection le 16 août dernier au Kasaï-Oriental avec plusieurs de ses hommes. Si le gouvernement congolais a lancé une importante traque dans la région pour arrêter Tshibangu, aucune information officielle n'a filtré sur l'état de cette rébellion. Afrikarabia a interrogé André Kadanda Kana, le responsable du FPCD.

André Kabanda Kana 2.jpgAlors que l'attention médiatique et diplomatique se focalise sur la rébellion du M23 qui sévit au Nord-Kivu, un colonel de l'armée congolaise (FARDC) a fait défection depuis le 16 août dernier, avec une partie de ses hommes. Retranché au Kasaï-Oriental, Tshibangu et sa troupe auraient mis en déroute, début octobre, l'armée régulière dans la localité de Kabeya Kamwanga. Le gouvernement congolais ne la jamais confirmé (voir l'article d'Afrikarabia) et la ville est aujourd'hui toujours sous le contrôle de l'armée régulière.

Depuis l'entrée en dissidence de John Tshibangu, l'armée congolaise (FARDC) s'est lancée dans une véritable traque au colonel dissident dans la région du Kasaï où il s'est retranché. Le 5 novembre, Tshibangu, qui se présente maintenant comme lieutenant général, a dénoncé les exactions de l'armée régulière dans le territoire de Dibaya où les FARDC le cherche.

Sur le plan politique, John Tshibangu revendique la victoire d'Etienne Tshisekedi (UDPS) aux dernières élections très contestées de novembre 2011 et souhaite le départ du président Joseph Kabila. Avec une rébellion à l'Est, menée par le M23, plutôt "pro-tutsi" et soutenue par le Rwanda, Tshibangu escompte créer un deuxième front "anti-Kabila" au Kasaï. Et à la différence du M23, la coordination politique du FPCD se revendique comme un mouvement "100% congolais", ne bénéficiant d'aucun soutien extérieur. André Kabanda Kana, responsable de la branche politique de John Tshibangu a répondu à nos questions depuis Bruxelles.

- Afrikarabia : Pourquoi avoir créé une coordiantion politique pour soutenir John Tshibangu ?

- André Kabanda Kana : John Tshibangu a décidé de mettre sur pied une "armée du peuple" dont la revendication est "la vérité des urnes". Il a estimé que pour mener correctement son action, il avait besoin de soutiens. Nous avons donc organisé ce front, qui est une coordination civile qui s'occupe de l'aspect politique et diplomatique du mouvement. Nous sommes aussi chargés de trouver les appuis financiers pour la réussite de son action.

- Afrikarabia : Les revendications de John Tshibangu sont politiques ?

- André Kabanda Kana : Les revendications militaires ne peuvent être soutenues  que par des revendications politiques. John Tshibangu l'a dit dès le début, il revendique "la vérité des urnes". Il y a donc une vision politique derrière.

- Afrikarabia : "La vérité des urnes", cela signifie, selon vous, que c'est Etienne Tshisekedi qui a gagné les élections ?

- André Kabanda Kana : Ce n'est pas moi qui le dit. A l'issue des élections de novembre 2011 et après les fraudes, la plupart des observateurs ont dit qu'Etienne Tshisekedi était le gagnant des élections...

- Afrikarabia : ... ce n'est pas vraiment cela. Après les nombreuses irrégularités du scrutin, l'Union européenne et le Centre Carter ont plutôt dit que les résultats étaient jugés "non crédibles", sans déterminer de vainqueur ?

- André Kabanda Kana : Il doit tout de même y avoir un vainqueur de ces élections non ? Ce n'est donc pas celui qui dirige le pays qui peut prétendre avoir été élu. Nous savons qu'une grande partie des procès verbaux originaux issus des bureaux de vote montrait clairement qu'Etienne Tshisekedi était devant Joseph Kabila. Et ensuite, les fraudes et le désordre ont profité à celui qui a triché.

- Afrikarabia : John Tshibangu soutient donc clairement Etienne Tshisekedi ?

- André Kabanda Kana : Nous soutenons Etienne Tshisekedi de manière indirecte. Nous le soutenons parce que c'est lui qui a été élu par "la vérité des urnes". Si cela avait été quelqu'un d'autre, nous l'aurions également soutenu. Joseph Kabila dirige aujourd'hui par défi et a pris le pouvoir par la force. La constitution congolaise donne le droit de s'opposer à celui qui s'impose par la force. L'action de John Tshibangu est donc parfaitement justifiée.

- Afrikarabia : Quelle est la situation dans la province du Kasaï-Oriental ?

- André Kabanda Kana : Ce que je peux vous dire, c'est que certains villages sont envahis par les militaires du gouvernement de Kinshasa (FARDC, ndlr). Ces villages sont pillés et les femmes sont violées par les militaires de Joseph Kabila. On envoie l'armée congolaise pour soit disant traquer John Tshibangu et on constate que ces soldats sèment le trouble et la désolation au sein de la population civile.

- Afrikarabia : Sait-on de combien d'hommes dispose John Tshibangu ? Sur une radio congolaise, John Tshibangu parlait lui-même de 3 bataillons ?

- André Kabanda Kana :  Je lui laisse la liberté de ses déclarations militaires. Je ne suis pas militaire. Moi ce qui m'intéresse c'est le résultat auquel il va arriver.

- Afrikarabia : Mi-septembre, l'Apareco, le mouvement d'Honoré Ngbanda, l'ancien conseiller à la sécurité de Mobutu, affirmait que John Tshibangu se ralliait à lui (voir l'article d'Afrikarabia). Aujourd'hui John Tshibangu possède sa propre branche politique, qu'en est-il de vos relations avec l'Apareco ?

- André Kabanda Kana :  John Tshibangu et Honoré Ngbanda ont eu à traiter ensemble. Mais ce n'est pas ma préoccupation. Aujourd'hui, il y a une coordination politique qui soutient John Tshibangu et notre préoccupation est de faire en sorte que tous les Congolais travaillent avec nous pour poursuivre notre objectif commun… Honoré Ngbanda et les autres.

- Afrikarabia : Que pensez-vous de la situation à l'Est du pays et de la rébellion du M23 ?

- André Kabanda Kana : Je n'appellerai pas le M23 une rébellion. Le M23 est constitué d'anciens membres du CNDP (une ancienne rébellion dirigée par Laurent Nkunda en 2008, ndlr). Ils sont soutenus par des forces étrangères, c'est ce que dit un rapport de l'ONU en citant le Rwanda, l'Ouganda et le Burundi. Tout cela pour organiser la désolation et le pillage du Congo. Pour moi, le M23 n'est pas une rébellion.

- Afrikarabia : Pour simplifier, on peut dire que vous considérez votre mouvement comme beaucoup plus "congolais" que le M23 ?

- André Kabanda Kana : Ce mouvement est purement congolais. John Tshibangu est un Congolais 100% et tous ceux qui sont avec lui sont Congolais. La branche politique est composée exclusivement de Congolais et nous prétendons n'avoir le soutien d'aucun pays. C'est l'élan patriotique qui nous a poussé à faire cela.

- Afrikarabia : Votre mouvement est-il en contact avec Roger Lumbala, actuellement en exil à Paris et accusé par Kinshasa de vouloir aider la rébellion de John Tshibangu ?

- André Kabanda Kana : Je vous donnerais la même réponse que pour l'Apareco d'Honoré Ngbanda. Robert Lumbala est un patriote qui a fait beaucoup de chose pour ce pays. Pour cela, Roger Lumbala doit avoir été en contact avec John Tshibangu à un certain moment. Il a certainement travaillé avec lui. Roger Lumbala possède son propre parti politique, mais nous sommes avec ceux qui travaillent pour le même objectif et la recherche de la paix.

Propos recueillis par Christophe RIGAUD - Afrikarabia

Photo : André Kabanda Kana © DR

08 novembre 2012

Le Renaudot pour l’écrivaine franco-rwandaise Scholastique Mukasonga

Le prix Renaudot 2012, l’un des principaux prix littéraires français, a été décerné mercredi 7 novembre à l’écrivaine Scholastique Mukasonga pour  son roman Notre Dame du Nil  (Ed. Gallimard), roman qui a pour toile de fond un lycée de jeunes filles au Rwanda, dont les pensionnaires sont dressées à rester vierges jusqu'au mariage.

Scholastique.jpgScholastique Mukasonga, née au Rwanda en 1956, avait déjà reçu le prix Seligmann contre le racisme  2008 pour son livre La femme aux pieds nus (Ed. Gallimard/Continents Noirs), qui raconte la tragédie de sa mère, tuée durant le génocide des Tutsi du Rwanda en 1994. Ce prix lui avait été remis le 8 janvier 2009 par le maire de Paris Bertrand Delanoë, entouré de Françoise Seligmann et Patrick Gérard recteur de l'académie de Paris, chancelier.

Fidèlement soutenue par Gallimard, Scholastique Mukasonga  qui avait aussi publié Inyenzi ou les cafards (Gallimard/Continents Noirs, Paris, 2006) et L'Iguifou « la famine » ), un recueil de nouvelles (Gallimard/Continents Noirs, Paris, 2010) trempait sa plume  dans des souvenirs personnels liés aux massacres de Tutsi au Rwanda depuis 1959. Les lecteurs de Scholastique Mukasonga ont bien perçu l'ancienneté des tentatives génocidaires contre les Tutsi du Rwanda, qu’elle commence à subir à l’âge de 3 ans.  Rappelons que les Tutsi ont été persécuté et périodiquement massacrés depuis 1959 avec le soutien actif ou tacite d’une partie de la hiérarchie catholique qui avait construit un « Etat clérical » ubuesque fondé sur la dictature de la « race » hutu. La « purification ethnique » ayant abouti au génocide de 1994 contre les Tutsi n’a constitué une surprise au Rwanda que pour les personnes aveugles.

Scholastique 2.jpgDans sa postface de Inyenzi ou les Cafards, l’ écrivain et critique congolais Boniface Mongo-Mboussa observe que l'écriture de Scholastique Mukasonga émane du « désir manifeste de donner aux disparus une digne sépulture de mots à la fois pour apaiser les vivants et sanctifier les morts ».

Avec son roman Notre Dame du Nil, Scholastique Mukasonga s’engage dans la fiction, toujours dans une langue française très raffinée qu’elle magnifie de ses interactions avec le kinyarwanda, la langue poétique du Rwanda. Cette langue très douce, allusive et imagée avait déjà irrigué la célèbre trilogie du journaliste/écrivain français Jean Hatzfeld et lui avait valu le prix Fémina/Essai 2003.

Franco-Rwandaise, Scholastique Mukasonga avait déjà obtenu pour Notre Dame du Nil le Prix Ahmadou Kourouma, décerné au Salon du livre de Genève, qui récompense un ouvrage, essai ou fiction, consacré à l'Afrique noire.

Jean-François DUPAQUIER

Photos :
- Scholastique Mukasongwa et Françoise Seligmann © JF Dupaquier
- Un groupe de danseuses franco-rwandaises lors de la remise du prix Seligmann à la mairie de Paris © JF Dupaquier

10:49 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0)

04 novembre 2012

RDC : Les errements d'Etienne Tshisekedi

"Président" autoproclamé de République démocratique du Congo depuis les élections frauduleuses de novembre 2011, l'opposant Etienne Tshisekedi s'est peu à peu enfermé dans ses fonctions fictives. Une étrange stratégie qui cache mal les errances et l'isolement de son leader.

Capture d’écran 2012-11-02 à 14.18.49.pngOù va l'UDPS ? Bien malin celui qui pourrait définir le cap choisi par son président, Etienne Tshisekedi. A 79 ans, "l'opposant historique", comme le nomme la presse congolaise, semble avoir fait le vide autour de lui. Beaucoup accusent le patron de l'UDPS de s'être muré dans son rôle de "président" virtuel, après les élections contestées de novembre 2011 et de nier la réalité de la situation politique. D'autres critiquent son manque de compromis et ses diktats, menant le plus souvent à l'exclusion politique, puis à la scission.

Enième ramaniement

Dernier événement en date : la réorganisation du parti après l'éviction de son secrétaire général, Jacquemain Shabani, accusé d'avoir détourné 300.000 dollars. L'UDPS vient de nommer Bruno Mavungu au poste de numéro 2 du parti. Même si le parquet général a lavé Shabani de tout soupçon, le divorce semble bel et bien consommé entre Tshisekedi et son ancien secrétaire général. Résultat : à Kinshasa, on parle déjà de la naissance d'une "aile Mavungu" et d'une "aile Shabani".

Exclusion et scission, les épisodes se suivent… et se ressemblent à la tête de l'UDPS. Peu avant les élections présidentielles de 2011, François-Xavier Beltchika, un ancien leader de l'aile Righini de l'UDPS, avait claqué la porte pour créer son propre parti. Dans un texte publié par Congo Tribune, Beltchika dénonçait "la léthargie et la paralysie totale du parti", condamné selon lui "au naufrage".

Candidature en solo

Pendant le cycle électoral de 2011, là encore, Tshisekedi ne compose pas. Sûr de son aura et de sa victoire, le "sphinx de Limete" choisi de jouer en solo : aucune alliance ne sera passée avec un autre parti d'opposition. Problème : l'élection présidentielle à un seul tour nécessite une candidature unique de l'opposition pour être en mesure de contrer le président sortant, Joseph Kabila. Tshisekedi, Kamerhe et Kengo (les autres candidats d'opposition) se renvoient la responsabilité de l'échec. Résultat : Tshisekedi arrive en deuxième position... et perd.  La fraude électorale est dénoncée de toutes parts, mais Tshisekedi annonce tout de même "sa" victoire et s'autoproclame "président de la République démocratique du Congo". Seul souci : si Kabila n'apporte pas la preuve de sa victoire (des milliers de Procès verbaux de l'élection ont disparu), Thsisekedi n'est pas plus en mesure de prouver le contraire. La "cérémonie d'investiture" de Tshisekedi se déroulera dans sa résidence privée, entouré seulement de quelques proches… dans l'indifférence générale. Certains proches du mouvement regrettent que Tshisekedi n'ai pas anticipé la fraude électorale (prévisible) et préparé une contre-offensive plus pertinente à la victoire annoncée de Joseph Kabila.

Exclusion de 33 députés

L'isolement de l'UDPS continue après les résultats des élections législatives, elles aussi frauduleuses, puisque se déroulant le même jour que la présidentielle. Considérant (à juste titre) la nouvelle Assemblée nationale "illégitime", Etienne Tshisekedi demande à ses candidats de boycotter l'institution. Mais la majorité des députés UDPS refusent  le "jusqu'au boutisme" de leur patron et estiment que la voix de l'opposition sera plus audible au sein l'Assemblée qu'en dehors (sans oublier les 7.000 $ de traitement !). Résultat : les 33 députés UDPS sont exclus et place en orbite un nouveau "dissident", Samy Badibanga, comme président du groupe UDPS/FAC et candidat au poste de porte-parole de l'opposition à l'Assemblée. Là encore, le duo "exclusion-scission" fonctionne à plein régime.

Vidéo surréaliste

Plus inquiétant enfin, a été le dernier point presse tenu par Etienne Tshisekedi après sa rencontre avec François Hollande, lors du XIVème Sommet de la Francophonie de Kinshasa. Sur le coup, je n'avais lu que les dépêches d'agences relatant l'entrevue entre les deux hommes. Tshisekedi s'y déclarait "satisfait" de sa conversation avec le président français qu'il considérait comme "un frère de l'Internationale socialiste"… rien que de très banal. Je lisais cependant que la rencontre avait quelque peu décontenancé les conseillers de François Hollande… sans savoir pourquoi. Mais dernièrement, on me conseille de visionner l'intégralité de ses déclarations au sortir de l'entrevue. Et là, je comprends soudain l'embarras des diplomates français. On entend en effet Tshisekedi répondre à un journaliste lui parlant de son statut d'opposant : "je ne suis pas opposant, c'est moi qui suis au pouvoir au Congo. Ce sont les autres qui sont opposants !" Ou encore cette déclaration, comme s'il était effectivement au pouvoir : "je lui ai demandé (à François Hollande) de renforcer la coopération entre la République démocratique du Congo et la République française". La discussion devient quasi surréaliste concernant la situation au Kivu, où la rébellion du M23 se bat contre l'armée congolaise, Tshisekedi répond : "Il ne faut pas qu'il s'en fasse (il parle de François Hollande), dès que j'ai l'effectivité du pouvoir, 24 heures après il n'y aura plus de problème au Kivu, c'est la paix la plus totale !" (voir la vidéo tournée par Congo Mikili ci-dessous).


Déclaration d'Etienne Tshisekedi après la... par ChristopheRigaud

Les errements du leader de l'UDPS commencent à inquiéter la base du mouvement, surtout dans la diaspora à l'étranger. Les sorties tonitruantes d'Etienne Tshisekedi déstabilisent un bon nombre de militants et désorientent quelque peu les chancelleries occidentales. Certains affirment que la personnalité de Tshisekedi avait "refroidi" la communauté internationale sur sa capacité à prendre la succession de Joseph Kabila. A l'extérieur du parti, on n'hésite pas à déclarer Tshisekedi "hors jeu". Au sein des autres structures de l'opposition congolaise, l'entêtement du "vieux" à se considérer comme "le président élu" est qualifié de "farce tragi-comédie".

Pourtant, pour beaucoup, Tshisekedi représente encore l'image d'un opposant intègre. Le début de sa campagne électorale et son retour après 3 années "d'exil médical" en Belgique avaient été bien accueillis par les Congolais. Mais très vite, son positionnement s'est crispé autour de la candidature unique à la présidentielle. Tshisekedi a tout de suite fermé la porte aux négociations avec les autres candidats, estimant sa candidature comme "légitime" et donc non-négociable.

Depuis la fin de l'épisode électoral, le leader de l'UDPS a perdu beaucoup de sa crédibilité... Une crise de leadership qui commence à lasser une bonne partie de ses soutiens. Problème : aucune personnalité d'opposition n'a émergé des dernières élections de 2011 et l'opposition n'a pas encore trouvé son homme providentiel.

Christophe RIGAUD - Afrikarabia

Photo : Etienne Tshisekedi en 2011 à Bruxelles © Ch. Rigaud - www.afrikarabia.com

30 octobre 2012

"Sur la piste des tueurs rwandais" : Un livre-enquête de Maria Malagardis

Accusés de génocide au Rwanda, une vingtaine de suspects rwandais coulent des jours paisibles en France, en toute impunité. Dans son livre, Maria Malagardis, raconte le combat pour la justice de Dafroza et Alain Gauthier. Depuis 2001, ce couple franco-rwandais exemplaire se bat pour que ces rwandais soient enfin jugés. Un récit à la fois serein et porté par une indignation maîtrisée, qui laisse apparaître l'incurie judicaire française, ainsi que la responsabilité de la France dans le génocide rwandais.

Capture d’écran 2012-10-30 à 21.19.47.pngAprès le génocide des Tutsis du Rwanda en 1994, ses organisateurs se sont généralement enfuis à l'étranger, hors de portée de la justice de leur pays. En dix-huit années, le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), institué par l'organisation des Nations unies dès le mois de novembre 1994, est parvenu laborieusement à mettre la main sur une soixantaine des principaux suspects et à les juger. Mais beaucoup d'autres courent toujours, notamment des personnes que l'on peut classer "de rang moyen", celles qui n'auraient ordonné "que" (!) des massacres de quelques centaines ou quelques milliers de personnes.

Le TPIR n'a ni les ressources ni la vocation de tous les juger. Pour que justice se fasse, ces "suspects de génocide" devraient donc se voir extradés vers le Rwanda, ou bien être jugés dans leur pays d'accueil. Certains Etats européens estiment que les standards judiciaires au Rwanda ne permettaient pas l'extradition, bien que la peine de mort y ait été abolie. En Belgique, en Suisse, en Norvège, au Canada, etc., des fugitifs rwandais contre qui pesaient de très lourdes charges ont été interpellés, jugés et condamnés. Au total, une dizaine de pays occidentaux se sont engagés dans ces processus judiciaires qui permettent de faire comparaître les auteurs présumés du "crime des crimes", au nom des principes universels adoptés par les Etats depuis la Seconde Guerre mondiale. Et le cas échéant de les sanctionner.

Une garantie d’impunité à la française : « Ni juger, ni extrader »

Dans ce concert des nations, la France, généralement empressée à s'autoglorifier "le Pays des droits de l'Homme", fait bande à part. C'est en France que se sont réfugiés la plupart des responsables rwandais soupçonnés d'avoir planifié et dirigé des crimes de masse épouvantables ou d’y avoir participé. Et pourtant l'État français et son ministère de la Justice se sont longtemps gardé de mettre en oeuvre les procédures appropriées, lorsqu’ils ne se sont pas évertués à ralentir sournoisement ces procédures. On pourrait résumer ainsi cette garantie d’impunité à la française : « Ni juger, ni extrader ». L’Argentine ne procédait pas autrement avec les Nazis en fuite.

Le substitut d’« enquêtes préliminaires » que le Parquet « oubliait » d’ordonner.

En 1994, Maria, Malagardis rendait compte dans La Croix du génocide des Tutsi et du massacre politique des Hutu  démocrates (au total entre 800 000 et 1 million de morts en cent jours). Auteur de plusieurs livres sur le génocide[1], dorénavant journaliste à Libération, elle relate dans un ouvrage à la fois serein et porté par une indignation maîtrisée le combat pour la justice d'un couple franco-rwandais exemplaire, Dafroza et Alain Gauthier. Beaucoup de membres de leur famille rwandaise ont été assassinés en 1994. Pour en finir avec l’impunité, Dafroza et Alain réfléchissaient au moyen de pousser la justice française à sortir de sa léthargie. Ils ont fini par créer en 2001 une association, le Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR) qui a engagé les premières investigations sur des suspects repérés en France et justifié des dépôts de plaintes. En quelque sorte le substitut d’« enquêtes préliminaires » que le Parquet « oubliait » d’ordonner.

Le docteur Munyemana a constitué son fan-club, comme le Père Munyeshyaka

Si Alain et Dafroza ont constitué des dossiers sur une vingtaine de suspects rwandais qui semblent couler des jours paisibles en France, Maria Malagardis concentre son récit sur la traque de quelques personnages emblématiques. A titre personnel, nous connaissons bien le cas de l’abbé Wenceslas Munyeshyaka, exfiltré d’un camp de réfugié au Zaïre par deux évêques français. Aujourd’hui prêtre coopérateur et aumônier des scouts à Gisors, dans l’Eure, cet homme accusé notamment d’avoir violé à l’église Sainte-Famille à Kigali des paroissiennes qui voulaient sauver leur vie et persécuté les hommes tutsi n’hésite pas à appeler la gendarmerie locale lorsqu’il voit poindre un journaliste. D’accusé il se fait volontiers accusateur et trouve des âmes simples pour le portraiturer en héros. Il est vrai que son  dossier comporte aussi des témoins de moralité comme s’il en pleuvait.

Autres personnages que l’on dirait pittoresques si le fond du décor n’était creusé de charniers, deux médecins. D’abord le docteur Eugène Rwamucyo, secrétaire de rédaction  du magazine extrémiste Kangura qui au Rwanda de 1990 à 1994 préparait les esprits à la transgression du « tu ne tueras point » et attisant la haine « raciale » contre les Tutsis. « Un génocide ne survient jamais sans prévenir, sans signes annonciateurs. Bien plus, il s’affirme par étapes : on teste les réactions aux violences », observe Maria Malagardis.

Prêtres, religieuses, instituteurs, médecins : le creuset de haine où se concoctait le génocide faisait appel aux intrants socio-professionnels les plus inattendus, et souvent les plus doués, les plus manipulateurs. Résultat de presque dix-huit ans d’inertie judiciaire, le docteur Sosthème Munyemana, médecin gynécologue du côté de Toulouse, qui aurait organisé des tueries, récuse tout. Il a constitué son fan-club, comme le Père Munyeshyaka. Pourtant son dossier serait aujourd’hui le plus étayé, et il n’est pas impossible qu’un rendez-vous lui soit accordé devant une cour d’assises en 2013. Il sera plus difficile de réunir des « preuves », au sens classique du terme, contre Agathe Habyarimana, « la veuve noire », soupçonnée d’avoir orchestré au plus haut niveau la préparation du génocide. Même les enquêteurs du TPIR ont baissé les bras devant l’opacité du réseau de l’Akazu (la maisonnée présidentielle) qu’elle ne régentait qu’oralement. On entend des vérité chuchotées, on comprend aussi l’indiscible à la lecture de « Sur la piste des tueurs rwandais », ce n’est pas le moindre mérite de l’auteur.

Maria Malagardis évoque d’autres personnages sombres et inquiétants. Elle-même domine cette seconde tragédie de l’incurie judiciaire française d’une plume magnifique, frémissante et trempée d’espoir. Si l’Etat français porte une lourde responsabilité dans le génocide des Tutsi, et si les réseaux omniscients de la « Françafrique » ont pris le relais, réussissant durablement à maintenir en échec la vérité, la morale et la justice, le combat d’Alain et Dafroza Gauthier et de quelques autres a fini par porter. Pour comprendre le génocide de 1994 et accepter de porter notre part de croix, il faut lire et faire lire « Sur la piste des tueurs rwandais ».

Jean-François DUPAQUIER

Maria MALAGARDIS, Sur la piste des tueurs rwandais, Ed Flammarion.

[1] Maria MALAGARDIS, Rwanda, le jour d'après, Ed. Somogy, 1995 ; Maria MALAGARDIS, Des héros ordinaires, Ed. Les Arènes, 2009.

22:58 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (1)

28 octobre 2012

RDC : Les groupes armés prolifèrent au Nord-Kivu

Depuis la création de la rébellion du M23 et le retour de la guerre à l'Est de la République démocratique du Congo (RDC), de nouveaux groupes armés ont fait leur apparition. Une trentaine de rébellions sévissent actuellement dans les Kivus. La dernière en date se nomme l'URDC, Union pour la réhabilitation de la démocratie au Congo.

armée filtre kinshasa.jpgChaque semaine qui passe aux Kivus, voit la création d'un nouveau groupe armé. Depuis la mutinerie du M23, en guerre contre l'armée régulière de Kinshasa, les rébellions se multiplient à l'Est de la RDC. On compte actuellement une trentaine de mouvements rebelles dans la région, allant de quelques centaines d'hommes à quelques milliers. Les alliances varient avec le temps et les circonstances. La majorité de ces mouvements ont pourtant un "ennemi" en commun : les FARDC, l'armée régulière congolaise. Les victimes de ces groupes sont toujours les mêmes : la population civile, prise entre deux feux. Pillages, vols, viols, les exactions de ces milices ont jeté sur les routes et dans les camps, des milliers de réfugiés. Depuis le mois de mai et la création du M23, les combats ont fait plus de 300.000 déplacés dans l'Est du pays.

URDC, Raïa Mukombozi...

Le dernier né de ces groupes s'appelle l'URDC, l'Union pour la réhabilitation de la démocratie au Congo. Ces rebelles se trouvent à Beni, au Nord-Kivu et sont basés dans les collines de Ruwenzori et Graben. Selon la radio onusienne Okapi, un des responsables du groupe serait le colonel Jacques Tahanga Nyolo, un officier déserteur de l'armée régulière (comme la plupart des rebelles), issu d'une branche du RCD-KML. Comme bon nombre de nouvelles rébellions, l'URDC se dit "en contact" avec le M23, le "mouvement-phare" du Nord-Kivu. Le RCD-KML a rejeté la paternité du groupe et a toujours nié tout rapprochement avec le M23, formé de déserteurs de l'armée et soutenu par le Rwanda voisin. L'URDC revendique "la réhabilitation de la démocratie et de la vérité des urnes", entendez le départ de Joseph Kabila.

Le semaine dernière, un autre groupe armé a vu le jour dans le territoire de Shabunda au Sud-Kivu : les Raïa Mukombozi, un groupe d'auto-défense Maï-Maï issu des Raïa Mutomboki, qui contrôlent de nombreux sites miniers. Ce nouveau mouvement, entré en dissidence il y a quelques semaines, souhaite combattre les Raïa Mutomboki et s'emparer de leurs territoires, riches en minerais. Le contrôle des ressources naturelles du sous-sol congolais constitue l'une des causes du conflit au Nord et Sud-Kivu. S'il ne constitue pas le moteur de la guerre, il en est assurément le principal carburant.

Une armée congolaise en décomposition

La focalisation de la communauté internationale et des médias sur la rébellion du M23, cache une réalité plus complexe sur le terrain. La prolifération de ces mouvements révèle avant tout les carences de l'Etat dans les provinces et particulièrement l'absence d'une armée digne de ce nom. Faute de moyens, de paie et d'un véritable commandement, les FARDC, sont toujours incapables d'assurer la sécurité de la population. Pire, l'armée régulière se rend également coupable de nombreuses exactions sur les civils.

Une trentaine de factions se battent désormais dans les Kivus depuis l'apparition du M23. Le retour de la guerre a favorisé la création de nouvelles rébellions qui profitent du chaos ambiant pour régner en maître sur les territoires... et leurs richesses. Des alliances se sont créées entre ces mouvements, souvent contre-nature. Le M23, dont le nombre d'hommes oscillerait entre 1000 et 2000 hommes a été rejoint par plusieurs groupes d'auto-défense, comme les Pareco, les Pareco Fort, les Maï-Maï Kifuafua, les Maï-Maï La Fontaine ou les Raïa Mutomboki. Au Sud-Kivu, on trouve les Maï-Maï Yakutumba, les Maï-Maï Nyatura et les Mudundu 40. En Ituri, les FRPI, du chef milicien Cobra Matata règnent sur la région, contrôlent les taxes et l'argent du Trésor. Au Kasaï-Oriental, le colonel Tshibangu a fait défection de l'armée régulière et a tenté une offensive début octobre.

FDLR  : supplétifs de l'armée congolaise ?

Face à ces multiples rébellions hostiles à Kinshasa, on trouve d'autres rebelles : les FDLR. Le plus grand groupe armé présent à l'Est, est composé aujourd'hui d'environ 3000 hommes (contre 7000 il y a encore quelques années). Ce mouvement rassemble des Hutus rwandais et des Congolais, opposés au régime rwandais de Paul Kagame, depuis la fin du génocide de 1994. Défendant les intérêts hutus et combattant les minorités tutsies congolaises (défendues par le M23) les FDLR ont été longtemps utilisés comme supplétifs à l'armée régulière. Aujourd'hui encore, le M23 accuse le gouvernement congolais d'utiliser les FDLR pour les combattre au Nord-Kivu.

Objectif commnun : le départ de Joseph Kabila

Dans ce chaos permanent depuis presque 20 ans, les deux Kivus restent le "terrain de jeu" idéal des "aventuriers" divers et des "apprentis rebelles". Si chacun de ces mouvements ne représentent tout au plus qu'une centaine d'hommes, des alliances se nouent et se coordonnent de plus en plus. Pour l'instant leurs znoes d'influences ne dépassent pas quelques territoires. Mais dans ces mouvances rebelles, seul le M23, toujours installé aux portes de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu, est en mesure d'ébranler le régime de Joseph Kabila. Signe des temps et de la montée en puissance du mouvement : la majorité des nouveaux groupes armés se sont rapprochés du M23. Le Mouvement du 23 mars peut désormais compter sur ces alliés (certes de circonstances) pour gagner des régions, les placer sous contrôle et fragiliser ainsi l'autorité de Kinshasa. Car cet assemblage hétéroclite de rébellions partage au moins un objectif commun : le départ du président Joseph Kabila.

Christophe RIGAUD - Afrikarabia

Photo : © Ch. Rigaud - Kinshasa 2006 - www.afrikarabia.com

27 octobre 2012

Burundi : Vers une dérive autoritaire ?

A la veille de la conférence de Genève des partenaires au développement du Burundi, International Crisis Group (ICG) s'inquiète de la dérive autoritaire du gouvernement et du retour de la violence politique. ICG accuse Bujumbura d'avoir mis en coupe réglée les institutions et rompu le dialogue avec l'opposition. Une dégradation politique qui "risque de compromettre la préparation des élections de 2015".

Capture d’écran 2012-10-27 à 23.30.40.pngLes 29 et 30 octobre prochains, se tiendra à Genève une conférence des donateurs du Burundi. L'objectif affiché par les autorités burundaises est de permettre aux potentiels investisseurs "de saisir les enjeux et les opportunités  liés au développement futur du Burundi". Le président Nkurunziza souhaite par la même occasion, financer  le CSLPII, le cadre stratégique pour la lutte contre la pauvreté. Mais le contexte est délicat.

Au Burundi, la situation politique ne s'est toujours pas normalisée depuis les élections de 2010. Le boycott du scrutin par l'opposition et la "mainmise du gouvernement sur les institutions" avaient généré des violences "alimentées aussi bien par le pouvoir que l'opposition". Plusieurs responsables de l'opposition se sont exilés, les groupes armés ont fait leur retour, la répression et l'intimidation aussi.

Le dernier rapport d'International Crisis Group (ICG) dénonce le "monopartisme de fait" du CNDD-FDD, le parti majoritaire du président Nkurunziza. Un parti omniprésent dans les institutions burundaises, caractérisé par "la fin du dialogue" entre l’opposition et la majorité. Selon ICG, "le système de partage du pouvoir conçu à Arusha", aurait été "vidé de sa substance" et se traduit par "le retour de la violence politique"… de bien mauvaise augure pour les prochaines élections fixées en 2015.

Selon International Crisis Group, la seule porte de sortie de la crise qui couve à Bujumbura passe par la reprise d'un "dialogue inclusif", le respect de la minorité politique et la garantie du pluralisme. Le gouvernement burundais doit également "mettre l'accent sur le retour des dirigeants de l'opposition" actuellement en exil. A l'opposition, ICG demande également de prendre ses responsabilités et de "renoncer à la violence" et à ne pas "remettre en cause les résultats des élections de 2010". Crisis Group dénonce enfin les menaces qui pèsent sur la liberté de la presse au Burundi. Les responsables de médias et les journalistes proches de l'opposition sont régulièrement convoqués par le parquet. ICG souhaite que la communauté internationale et en particulier les Etats-Unis, l'ONU et l'Union européenne, prennent "publiquement position pour la dépénalisation des délits de presse" et favorisent "le pluralisme des médias".

Les autorités burundaises n'ont pas tardé à répondre au rapport du think tank. Bujumbura rejette en bloc les accusations d'ICG. Sur le respect des accords d'Arusha, le gouvernement qualifie l'analyse du centre de recherche d'"anachronique" et explique que "l’environnement des négociations a évolué, en même temps que les acteurs". Selon Bujumbura, "les équilibres prônés par ces accords tant sur le plan ethnique que du genre sont rigoureusement respectés au niveau de toutes les institutions". Alors qu'International Crisis Group demande aux bailleurs de faire pression et de veiller au retour du dialogue politique au Burundi, le gouvernement souhaite que ses partenaires "tiennent compte des véritables avancées du Burundi dans son programme de reconstruction".

Après deux ans d'impasse politique et une opposition "affaiblie", le Burundi est à la croisée des chemins. Le rapport d'ICG tente de montrer qu'une "ouverture est possible" et que la préservation des acquis d'Arusha est une nécessité pour réussir une véritable "consolidation de la paix"… les futurs donateurs et investisseurs de la conférence de Genève sont désormais prévenus.

Christophe RIGAUD - Afrikarabia

Le rapport complet d'International Crisis Group est téléchargeable ici.

23:16 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0)

25 octobre 2012

Doing Business 2013 : La RDC à la traîne

Classée 181ème pays sur 185, la République démocratique du Congo (RDC) peine à améliorer son climat des affaires. La RDC perd une place dans le nouveau classement de la Banque mondiale. Corruption et mauvaise gouvernance expliquent les mauvais résultats de la RDC. Le gouvernement congolais promet que les réformes en cours porteront leurs fruits sur le classement 2014.

Capture d’écran 2012-10-25 à 21.13.49.pngCantonnée au fond du classement Doing Business depuis plusieurs années, la République démocratique du Congo recule d'une place dans l'édition 2013. La RDC est placée à la 181ème position sur 185. Le classement de la Banque mondiale est basé sur dix indicateurs : la création des entreprises, l'octroi des permis de conduire, le raccordement à l'électricité, le transfert des propriétés, l'obtention des prêts, la protection des investisseurs, le paiement des impôts, le commerce transfrontalier, l'exécution de contrat et le règlement de l'insolvabilité.

Les raisons du mauvais climat des affaires qui règne en RDC sont connues depuis longtemps : corruption et mauvaise gouvernance. En République démocratique du Congo, les surcoûts associés à la corruption se chiffrent entre 30 à 40% de la valeur de la transaction, alors qu'ils ne sont que de 10 à 30% dans le reste de l'Afrique. Dans le pays, 90% de l'économie est dite "informelle" et seulement 400.000 comptes bancaires sont ouverts pour pratiquement 70 millions d'habitants.

Selon l'économiste congolais, Oasis Kodila Tedika, la corruption est inscrite dans les moeurs du Congo et touche toutes les strates de la société. Au niveau de l'Etat, Oasis Kodila Tedika, estime que 55% des recettes échappent au Trésor congolais à cause de la fraude fiscale liée à la corruption. Le manque à gagner serait estimé à 800 millions de dollars, soit environ 12% du PIB du pays.

Le rapport du conseiller anti-corruption des Nations unies, en visite dernièrement à Kinshasa, ne laisse entrevoir aucun progrès en matière de lutte anti-corruption. "Les résultats ont été mitigés. L’une des raisons majeures est le manque de volonté politique pour lutter contre la corruption, même au plus haut niveau de l’Etat", a affirmé le professeur Muzong sur Radio Okapi.

Pourtant, le gouvernement congolais affirme avoir fait de nombreux efforts. Plusieurs réformes ont été lancées récemment : un nouveau code des douanes, la mise en place récente de la TVA (taxe sur la valeur ajoutée), ainsi qu'un "remodelage" du code minier de 2002. Les autorités congolaises ont également mis en place récemment un Comité de pilotage pour l'amélioration du climat des affaires et des investissements (CPACAI). En avril, la RDC a aussi adhéré à l'OHADA, l'Organisation pour l'Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires. Le Comité de pilotage estime que la RDC est "sur la bonne voie" et que "le rapport Doin Business 2014 sera totalement différent. Des réformées courageuses ont été initiées". Prenons donc rendez-vous pour l'année prochaine. Mais, pour ne parler que du code des douanes, sa réforme était déjà en cours en 2005, lors de mon premier voyage en RDC, sous la houlette du ministre des finances de l'époque, André-Philippe Futa. Et depuis cette date… peu de progrès ont été réalisés.

Paradoxe du classement, le Rwanda voisin est classé dans les 3 pays d'Afrique les mieux placés. Le Rwanda est également cités en exemple par la Banque mondiale pour sa réussite économique. Kigali est surtout accusé par un rapport des Nations-unies de soutenir la rébellion du M23 à l'Est et de "s'approvisionner" en matières premières dans les Kivus, riches en minerais… ceci explique peut-être cela.

Christophe RIGAUD - Afrikarabia

Le rapport Doing Business est téléchargeable ici.

22 octobre 2012

RDC : Le M23 élargit ses alliances militaires

Le mouvement rebelle M23 a réorganisé ce week-end sa branche armée. L'Armée nationale congolaise (ANC), l'aile militaire de l'ex-CNDP a été rebaptisée Armée révolutionnaire du Congo (ARC). Un changement de nom qui officialise les nouvelles alliances du M23 avec d'autres groupes armés comme les Pareco ou les Raïa Mutomboki.

Capture d’écran 2012-10-22 à 22.10.25.pngLes changements de sigles des mouvements rebelles sont légions en République démocratique du Congo  (RDC). Une habitude qui traduit les multiples renversements d'alliances entre groupes armés, mais aussi la volonté de brouiller les pistes quand les circonstances l'exigent. Rien de tout cela dans la transformation de l'ANC (Armée nationale congolaise) en ARC (Armée révolutionnaire du Congo), mais la nuance est subtile et mérite une explication. Même la dépêche de l'AFP annonçant la nouvelle, se prend les pieds dans le tapis en affirmant que "le M23 devient l'Armée révolutionnaire du Congo". Renseignements pris auprès du M23, le Mouvement du 23 mars garde bien son nom, seule sa branche militaire est rebaptisée.

L'ANC était en effet le "bras armé" de l'ex-CNDP, une ancienne rébellion dont est issu le M23. Les rébellions ont toujours eu un malin plaisir à dissocier les branches militaires et politiques de leurs mouvements, même si le politique est le plus souvent une simple marionnette aux mains des militaires. Si le M23 est essentiellement composé d'ex-membres du CNDP, son aile militaire, l'ANC, n'était plus représentative des nombreuses alliances liées par le M23 avec les autres groupes armés du Nord-Kivu. La création de l'ARC ce week-end répond donc à une nouvelle donne militaire. L'Armée révolutionnaire congolaise, la nouvelle structure, prend donc en compte les nouveaux alliés du M23. Dans cette liste non exhaustive on trouve de nombreux groupes d'autodéfense congolais, comme les Pareco (Patriotes Résistants Congolais), les Pareco Fort, les Maï-Maï Kifuafua, les Maï-Maï La Fontaine ou les Maï-Maï Mutomboki. Si l'alliance de ces groupes hétéroclites peut paraître "de circonstance", ils ont tous au moins un point commun : la lutte contre le régime de Joseph Kabila et la volonté de le renverser.

Autre nouveauté au sein du M23. Samedi à Bungana, en plein fief rebelle, le président du mouvement, Jean-Marie Runiga, a également annoncé la nomination du colonel Sultani Makenga au rang de "général de brigade". Une manière d'officialiser le leadership de Makenga sur les autres groupes armés, commandés de nombreux "colonels".

La création de l'ARC et l'élévation de Makenga au grade de général de brigade constituent deux signaux forts en direction de Kinshasa, alors que les négociations ne sont toujours pas entamées à Kampala. Premier signal : le M23 possède des alliés capables de le suivre au cas où les choses tourneraient mal sur le terrain militaire. Deuxième signal :  Sultani Makenga et les "militaires" du mouvement sont bien les maîtres de la rébellion et sont visiblement prêts à en découdre avec Kinshasa. Depuis 3 mois, le M23, qui contrôle une partie du Nord-Kivu, attendait une avancée diplomatique ou un geste de Kinshasa, qui n'est finalement jamais venue. Un officier rebelle nous confiait qu'il s'agissait de "3 mois perdus" et cachait mal son impatience. Au Nord-Kivu, la situation militaire est toujours figée. Jusque quand ? Le M23 campe à une vingtaine de kilomètres de la ville de Goma, qu'ils menacent de prendre. Dans un communiqué, les autorités congolaises ont dénoncé samedi de nouveaux mouvements de troupes de l'armée régulières rwandaises à Rutshuru, un des fiefs du M23. Le porte-parole du gouvernement accuse le Rwanda de venir en aide aux rebelles et de préparer une nouvelle attaque dans cette zone. Le Rwanda a de nouveau été accusé par un rapport de l'ONU de soutenir le M23. Il est donc fort à parier que le statu quo ne tiendra pas longtemps.

Christophe RIGAUD - Afrikarabia

Photo : Site internet du M23 © DR

17 octobre 2012

Affaire Chebeya : la piste Kabila

Un policier congolais, témoin de l'assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana, a affirmé sur Radio France Internationale (RFI), que le meurtre aurait été commandité par le président congolais Joseph Kabila lui-même. Une accusation qui relance l'affaire Chebeya, à moins d'une semaine de la reprise du procès.

Image 1.pngRevoilà Paul Mwilambwe. Témoin clé dans l'affaire de l'assassinat du célèbre militant des droits de l'homme, Floribert Chebeya et de son chauffeur, Fidèle Bazana, Mwilambwe précise ses accusations au micro de RFI. Ce Major de la police, ancien agent de renseignement et chargé de la sécurité des locaux où Chebeya, avait déjà témoigné dans le film du cinéaste Thierry Michel, "L'affaire Chebeya, un crime d'Etat ?". Dans ce documentaire, Mwilambwe accusait le chef de la police congolaise, John Numbi, d'avoir ordonné l'élimination de Chebeya. John Numbi fait partie du premier cercle des proches du président Joseph Kabila. Mwilambwe avait également révélé le mobile du meurtre. Selon le policier, Chebeya avait en sa possession des documents accablants pour les autorités congolaises concernant la répression des membres du Bundu Dia Kongo (BDK) en 2007 et 2008. Les policiers du Bataillon Simba seraient à l'origine des massacres dans la province du Bas-Congo. Et toujours d'après Mwilambwe, Chebeya tenait ces documents de l'ancien président de l'Assemblée nationale congolaise, Vital Kamerhe, un ancien bras droit de Kabila passé à l'opposition.

Concernant l'assassinat de Floribert Chebeya, Paul Mwilambwe affirmait que le militant des droits de l'homme avait été étouffé à l'aide d'un sac plastique et de scotch. Il déclarait avoir vu le corps de Fidèle Bazana, le chauffeur de Chebeya, qui n'a jamais été retrouvé. Au cinéaste Thierry Michel, Mwilambwbe avait même donné le lieu exact de son inhumation, dans une ferme d'un officier proche de John Numbi à Kinshasa. Quelques jours plus tard, le policier avait été enlevé par la police, de peur qu'il ne parle. Mwilambwe a réussi à s'évader et se cache actuellement dans un pays d'Afrique.

Dans la nouvelle interview, diffusée ce mercredi sur RFI, Paul Mwilambwe va plus loin et précise ses accusations. Pour le policier, il y a un donneur d'ordre derrière John Numbi et il se nomme : Joseph Kabila. Un des policiers, ayant participé au meurtre de Chebeya et Bazana, le "Major Christian" aurait affirmé à Mwilambwe : "j’ai reçu l’ordre du président de la République (Joseph Kabila, ndrl) par le canal du général Numbi". Avec la mise en accusation de Joseph Kabila, Paul Mwilambwe relance donc l'affaire Chebeya, qui deviendrait donc réellement "un crime d'Etat", si on reprend le titre du film de Thierry Michel.

En 2011, la justice congolaise a condamné à mort le colonel Mukalay, numéro 2 de la police, ainsi que les 3 policiers en fuite, jugés par contumace. Un autre policier a été condamné à la prison à perpétuité et trois autres ont été acquittés. Pour l'instant le général Numbi, suspendu de ses fonctions depuis l'affaire, n'a toujours pas été interrogé par la justice congolaise. Un "scandale" selon les parties civiles, qui le considèrent comme le suspect numéro 1. La Cour devrait rendre son avis sur le "cas Numbi" le 23 octobre lors de la reprise du procès.

Après la diffusion de l'interview de Paul Mwilambwe sur RFI, les autorités congolaises ont dénoncé "un lynchage médiatique" par un témoin qui a "fuit la justice de son pays et qui ne se confie qu'à des médias français". Selon Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement, Mwilambwe "aurait vu quelqu’un qui aurait vu le général Numbi, qui aurait dit que le président Kabila aurait donné les ordres. Même devant un petit juge de quartier, cela ne tient pas la route".

Christophe RIGAUD - Afrikarabia

Photo : Floribert Chebeya © DR

15 octobre 2012

RDC : Un Sommet pour rien ?

Le 14ème Sommet de la Francophonie s'est clôturé dimanche 14 octobre à Kinshasa. Sans surprise, Paris et Kinshasa ont joué leur partition : François Hollande défendant les "valeurs de la Francophonie" et les droits de l'homme et Joseph Kabila, droit dans ses bottes, et "pas du tout complexé par le niveau de démocratie" de son pays. A l'heure des bilans, que doit-on retenir du ce Sommet ?

Hollande Kabila.pngLa tension était au rendez-vous samedi à Kinshasa. Poignée de main pas vraiment franche, sourires crispés, François Hollande et Joseph Kabila ont joué à fleuret moucheté par discours interposés. François Hollande avait pris soin de "déminer" le terrain quelques jours avant son arrivée en déclarant que "la situation en RDC était tout à fait inacceptable sur le plan des droits, de la démocratie et de la reconnaissance de l'opposition". A Kinshasa, les propos ont été plus "mesurés", diplomatie oblige. Mais François Hollande a gardé le cap : "tout dire" au président Kabila. En retour, le président français a eu droit à un discours très ironique de Joseph Kabila : "nous pratiquons la démocratie dans ce pays par conviction. Conviction, et non pas par contrainte". Voilà pour les paroles.

Quelles sont les leçons de ce Sommet ?

Pour Thierry Vircoulon, responsable de l'Afrique centrale d'International Crisis Group (ICG), outre la libération "surprise" de Diomi Ndongala, un opposant détenu au secret depuis 4 mois et "mystérieusement" relâché 24 heures avec le Sommet, la visite de François Hollande a été porteuse de 3 bonnes nouvelles. La première est que le président français "a brisé le consensus du silence des Occidentaux sur le régime congolais". Selon ce chercheur, François Hollande a été "clair et sans ambiguïté, contrairement à d'autres diplomaties européennes qui sont en permanence dans l'ambiguïté et soutiennent à la fois l'oppresseur et l'opprimé". Deuxième bon point pour le président français : l'accent mis sur "la nécessité du soutien à la société civile qui est fondamentale pour la démocratisation de la RDC". Et enfin, toujours d'après Thierry Vircoulon, François Hollande "a été moteur pour l'adoption de la recommandation de l'OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) concernant l'adoption de sanctions par l'ONU à l'encontre de tous ceux qui soutiennent des groupes armés dans l'Est de la RDC".

Les paris gagnés et perdus de Joseph Kabila

Le Mali mis à part (la Francophonie a soutenu le principe d'une intervention armée), les sanctions ciblées contre les responsables d’exactions, ainsi que la poursuite en justice des criminels de guerre au Nord-Kivu, ont été l'une des résolutions prises à Kinshasa. Cette décision constitue d'ailleurs la principale "victoire" de Kinshasa au Sommet.

Pour François Muamba, ancien ministre du MLC de Jean-Pierre Bemba et aujourd'hui président de son propre parti, l'ADR (Alliance pour le Développement et la République), la condamnation de l'agression à l'Est est trop timide. Le Sommet était "une opportunité, pour la RDC, d'obtenir un engagement fort de la Communauté francophone à l'aider à dégager de son sol les forces négatives". François Muamba dénonce les "résolutions polies (…) laissant seule la partie congolaise résoudre l'agression extérieure dont elle est victime". "Il est vérifié qu'aucun pays au monde ne peut trouver de salut, s'il est dans l'obligation de sous-traiter sa défense et sa sécurité" estime-t-il. Côté politique, François Muamba est plus positif. Selon lui, force est de constater que le président Kabila a gagné plusieurs paris. Pari sécuritaire et logistique, mais surtout politique Selon François Muamba, qui rappelons-le est toujours dans l'opposition, Joseph Kabila a su montrer aux caméras du monde entier, que "les affres électoraux de l'année dernière appartenaient désormais au passé". François Muamba note que le fait que "François Hollande ait pu défendre les thèses soutenues par l'opposition congolaise à Kinshasa" sans ouvrir de crise diplomatique entre la France et la RDC est "un hommage de démocrate de François Hollande rendu à Joseph Kabila".

Les droits de l'homme au coeur de la Francophonie

Depuis Paris, Gaspard-Hubert Lonsi Koko, responsable d'opposition du RDPC, est avant tout satisfait que "la démocratie et les droits fondamentaux aient occupé une place prépondérante". Favorable à la tenue du Sommet à Kinshasa, contrairement à la majorité de l'opposition qui demandait sa délocalisation, Lonsi Koko a beaucoup apprécié la position du président français sur le risque de balkanisation de la RDC. Pour François Hollande, les "frontières héritées de la colonisation sont intangibles", prenant ainsi le contre-pied de Nicolas Sarkozy qui souhaitait un "partage des richesses congolaises" avec le Rwanda. Depuis plus de 6 mois, l'Est du pays est en effet en proie à une rébellion qui menacent de prendre le contrôle du Nord-Kivu.

Même son de cloche pour Paul Nsapu, défenseur des droits de l'homme. Le secrétaire général de la FIDH (Fédération international des droits de l'homme)s'estime lui aussi satisfait de la visite du président Hollande, "les droits de l'homme ayant été au centre du déplacement présidentiel". Pour autant, Paul Nsapu reste sur sa fin concernant les promesses du gouvernement congolais. Kinshasa n'a pas donné suite à la demande de libération de prisonniers politiques et pendant le Sommet de la Francophonie, "il y a eu des violations des droits de l'homme" (des manifestants de l'UDPS ont été violemment dispersés lors de manifestations). Ce qui est positif pour Paul Nsapu, c'est que maintenant, "la communauté internationale sera plus regardante sur le procès Chebeya en cours". Depuis l'assassinat du défenseur des droits de l'homme, Floribert Chebeya en juin 2010, un proche du président Kabila, John Numbi, soupçonné d'être le principal commanditaire du meurtre, n'est toujours pas sur le banc des accusés. Le 23 octobre prochain la Cour militaire doit statuer sur son sort.

Quelles seront les retombées du Sommet ?

Pour Thierry Vircoulon d'International Crisis Group, "on peut s'attendre à deux changements". Et d'abord un changement "du discours occidental à l'égard de Kinshasa". Selon le chercheur, "le président français a été suivi par le premier ministre canadien qui a insisté sur la bonne gouvernance en RDC et a souhaité que les sommets de l'OIF se tiennent dans des démocraties". Une position commune franco-canadienne qui "tranche avec le silence assourdissant de la Belgique et de la Suisse" note Thierry Vircoulon. "Mais elle est sans doute le prélude à une libération de la parole du côté des chancelleries occidentales qui, jusqu'à présent, se contentaient de dire tout bas ce que les Congolais de la rue disent tout haut", poursuit-il. Enfin, Thierry Vircoulon entrevoit également un changement dans le domaine des aides à la RDC. Selon lui, "les bailleurs occidentaux vont sans doute réévaluer la manière dont ils "aident" la RDC et consacrer plus d'attention à la société civile".

Notons enfin, que les multiples pressions des ONG, des opposants politiques, de certains médias, qui demandaient à François Hollande, de ne pas se rendre à Kinshasa pour ne pas cautionner le régime de Joseph Kabila, ont fini par payer. Le président français a durcit ses positions dans les dernières semaines avant l'ouverture du Sommet. Une demi-victoire, en espérant que la France continue de garder un oeil sur l'avancée des droits de l'homme à Kinshasa.

Christophe RIGAUD - Afrikarabia

Photo : Présidence © DR

14 octobre 2012

RDC : La "Congo Week" s'ouvre à Paris

Du 14 au 20 octobre 2012, plusieurs grandes villes participeront à la "Congo Week", de Paris à New-York, en passant par Ottawa, Tokyo, Johannesburg, Kisangani ou Goma. Cette semaine est destinée à sensibiliser et informer le grand public sur le conflit meurtrier qui sévit depuis plus de 16 ans en République démocratique du Congo. Au programme à Paris : conférences, projections de films et même une "Journée sans portable" le 17 octobre.

Capture d’écran 2012-10-14 à 21.39.39.pngDepuis 2006, le collectif "Friends of thé Congo" organise une "Congo Week" à travers le monde. Cette année, Paris sera au rendez-vous de cet événement . Au programme : une semaine de rencontres, de débats, de conférences, de projections de films pour dénoncer un conflit méconnu du plus grand nombre. Depuis plus de 16 ans, la République démocratique du Congo est secouée par des guerres à répétition à l'Est du pays. Bilan : plusieurs millions de morts et un silence assourdissant de la communauté internationale. Voici le programme parisien de cette semaine de sensibilisation, qui se déroulera à la "Maison de l'Afrique", 7 rue des Carmes dans le 5ème arrondissement :

- Mercredi 17 octobre, la "Congo Week" propose une "Journée sans portable". Pour protester contre le financement du conflit par les trafics de minerais destinés à la fabrication de nos mobiles, la "Congo Week" appelle à éteindre son téléphone toute la journée et à laisser un message au répondeur qui explique son geste.

- Jeudi 18 octobre de 18h30 à 20h30: Conférence, "Histoire des indépendances du Congo et de ses voisins des Grands-Lacs et Introduction à l'Histoire récente du Congo". Avec Klara Boyer-Rossol Klara, Jordane Bertrand, journaliste et auteur de "Histoire des Indépendances africaines et de ceux qui les ont faites" et Anicet Mobe, journaliste et historien congolais.

- Vendredi 19 octobre de 18h30 à 20h30: "L'enjeu des ressources naturelles, le Congo, un pays central pour l'économie mondiale" Première partie: Projection du film "Du sang dans nos portables" Deuxième partie: Conférences avec Kerwin Mayizo, Journaliste congolais, Anicet Mobe, Historien congolais, Thierry Téné, co-fondateur de l'Institut Afrique RSE, Jean-Paul Mvogo, économiste et Saïd Abass Ahmed, doctorant Sorbonne Paris 1, spécialiste RDC. Modérateur: Hervé LADO, diplômé des Sciences-po.

- Dimanche 21 octobre de 14h00 à 20h00: "Le rôle des ONG, des associations et des artistes de la diaspora". Modératrice: Rebecca Kabongo, activiste congolaise des droits de l'Homme.
Avec :
14h00-15h30: Patrick Helmininger et Mme Mossi de l'Amnesty International (Sous resèrve), Maitre Réty, ancien avocat de la défense au tribunal international d'Arusha et président du CRID, Jean-Louis Tshimbalanga de l'association "Convergence pour l'émergence du Congo" et auteur de "L'impératif d'une culture démocratique en RD Congo";
15h45-16h30: Présentation des Firends Of The Congo et projection du film "La crise au Congo, la vérité dévoilée";
16h45-17h30: Intervention d'Elsa Vumi sur la marche mondiale des femmes au Kivu en Octobre 2010; Témoigange de l'association Femmes du Kivu;
17h45: Le travail des journalistes en temps de guerre avec Anastasie Mutoka suivi du rôle des artistes avec Olivier Tshimbalanga et Alain Ndongisila.

Toutes les informations sont sur le site de la "Congo Week" : congoweekparis.blogspot.fr

13 octobre 2012

RDC : L'échec de la stabilisation des Kivus dénoncé par ICG

Dans son dernier rapport, International Crisis Group (ICG) revient sur les raisons de l'impossible retour de la paix dans les Kivus, en proie à une nouvelle flambée de violence depuis avril 2012. ICG dénonce la responsabilité des  autorités congolaises, rwandaises, des rebelles, mais aussi "l'impuissance" et "la politique à géométrie variable" de la Monusco. Pour "résoudre le conflit" et sortir de la simple "gestion de crise", le think tank demande aux bailleurs "d'exercer des pressions sur Kigali et Kinshasa".

filtre DSC04014.jpgDans maintenant plus de 5 mois, la rébellion du M23, affronte les forces gouvernementales dans le Nord-Kivu, à l'Est de la République démocratique du Congo (RDC). Les rebelles tiennent la ville frontière de Bunagana, administrent plusieurs localités dont celle de Rutshuru, et menacent de prendre Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu. Véritable "copier-coller" de la rébellion du CNDP de 2008, l'apparition du M23 signe un nouveau constat d'échec des multiples programmes de "stabilisation" pour ramener la paix dans la région.

Dans son rapport, "l'Est du Congo : pourquoi la stabilisation a échoué", International Crisis Group (ICG) explique pourquoi "les problèmes d’aujourd’hui sont les problèmes d’hier". Le think tank rappelle que "l’application de l’accord du 23 mars 2009 entre le gouvernement et le Conseil national pour la défense du peuple (CNDP) a été un jeu de dupes au cours duquel les autorités congolaises ont fait semblant d’intégrer politiquement le CNDP, tandis que celui-ci a fait semblant d’intégrer l’armée congolaise".  Pour ICG, la nouvelle crise des Kivus, "met en lumière les paramètres du problème de cette région : la mauvaise gouvernance de Kinshasa, l’ingérence du voisin rwandais et l’inefficacité des outils internationaux de réponse à la crise (Monusco et CIRGL).

Les "faux semblants" de l'application des accords du 23 mars

Après la crise de 2008, le conflit qui opposait le CNDP de Laurent Nkunda au gouvernement congolais, s'était réglé par un accord de paix signé à Goma le 23 mars 2009. Les principes de l'accord reposaient sur l'intégration des rebelles du CNDP au sein de l'armée congolaise (FARDC) et la transformation de la rébellion en formation politique. Sur ces aspects de l'accord, ICG note que "le gouvernement et le CNDP l’ont tous deux instrumentalisé et ont rivalisé de mauvaise foi". Sur l'intégration politique du CNDP, ICG estime que "Kinshasa a gardé la main", le mouvement ayant été cantonné au "niveau provinciale" Sur l'intégration militaire, c'est par contre le CNDP qui aurait "gardé la main". L'intégration aurait "achoppé sur 3 éléments : la reconnaissance des grades, l'attribution des postes et le lieu de déploiement". International Crisis Group révèle que l'ex-rebelle Bosco Ntaganda, nommé commandant de l'opération "Amani Leo" en a profité pour "imposer ses fidèles aux postes de commandement et étendre son influence" du Sud au Nord-Kivu. Le rapport estime qu'alors, "ce n’est pas l’armée congolaise qui a absorbé les
combattants du CNDP mais le CNDP qui a absorbé l’armée congolaise". Selon ICG, "le CNDP est parvenu à conserver la haute main sur une bonne partie de l’appareil militaire dans les Kivus, ce qui n’a cessé de générer un fort ressentiment
dans les rangs des FARDC".

Une armée "prédatrice"

Le rapport dénonce ensuite les mauvaises pratiques au sein de l'armée congolaise : "compte-tenu du manque de discipline et du double système de commandement, (…) les FARDC ont surtout étendu leurs activités de prédation" (la région est riche en minerais de toutes sortes). Les différents plans de reconstruction de l'armée congolaise (STAREC et ISSSS) n'ont visiblement pas donné les résultats escomptés, ICG parle de "non-réforme" de l'armée.

L'échec de la Monusco

Crisis Group insiste particulièrement sur "l'impuissance" des casques bleus en RDC. Comme en 2008, la Monusco "apparait incapable d’empêcher l’émergence d’une nouvelle rébellion". ICG note que les casques bleus disposent "en permanence de 6 bataillons à Goma". Pourtant plus nombreuse que le M23, "la Monusco ne parvient toujours pas à appliquer l’élément essentiel de son mandat : la protection des populations". Le centre de recherche dénonce "une politique à géométrie variable" concernant Bosco Ntaganda et pointe les incohérences de sa stratégie. La Monusco refusait d'arrêter Bosco Ntanganda alors qu'il se promenait librement dans Goma, mais se dit maintenant prête "à contribuer à son arrestation après le revirement des autorités congolaises". Pour ICG, "l'inaction de la Monusco" s'explique par "le refus de recourir à l'usage de la force contre les groupes armés, conformément au chapitre VII de la Charte des Nations unies". Résultat : des massacres sont commis sous les yeux des casques bleus, comme à Mijembe, à Wilikale ou à Pinga.

La "fausse solution" d'une force neutre

Concernant la "force neutre" décidée par la CIRGL, International Crisis Group n'est guère enthousiaste. Cette force, dont on ne connait ni le contours ni le financement devrait surveiller la frontière avec le Rwanda, accusé par les experts de l'ONU de soutenir les rebelles du M23. La Conférence Internationale pour la Région des Grands Lacs (CIRGL) s'est réunie plusieurs fois… sans grand succès. Pour ICG, la "force neutre" est une "fausse solution" : comment 4 000 hommes supplémentaires feraient "ce que n’ont pas fait 18 000 Casques bleus et 30 000 soldats congolais".

Pour résoudre le conflit, "au lieu de le geler pour deux ans", International Crisis Group demande la poursuite des "auteurs de crimes de guerre, d’appliquer les réformes de gouvernance définies depuis longtemps, d’ouvrir l’espace politique aux acteurs légitimes et de sanctionner les ingérences étrangères". Pour cela "les bailleurs doivent exercer des pressions sur Kigali et Kinshasa", ce qui n'est pas encore le cas… ou pas assez.

Christophe RIGAUD - Afrikarabia

Photo © Ch. Rigaud - www.afrikarabia.com

11 octobre 2012

RDC : Réapparition "surprise" de Diomi Ndongala

L'opposant congolais, Diomi Ndongala, porté disparu depuis 4 mois, a été retrouvé vivant dans la nuit de mercredi à jeudi. Accusé de viol sur mineures par les autorités congolaises, ses proches accusaient Kinshasa de le détenir au secret. La "libération" de Ndongala ne doit pourtant rien au hasard. Elle intervient moins de 24 heures avant l'ouverture du Sommet de la Francophonie ce vendredi à Kinshasa.

Image 1.pngLa ficelle est un peu grosse. Quelques heures avant le lancement du 14ème Sommet de la Francophonie à Kinshasa, l'opposant politique Diomi Ndongala, a retrouvé la liberté. Selon Radio Okapi, le leader de la Démocratie Chrétienne a été retrouvé dans la nuit de mercredi à jeudi sur la route de Matadi, dans un quartier de Kinshasa. Sa "disparition" en juin dernier avait suscité la condamnation de l'opposition congolaise et des proches de Ndongala. Pour eux, l'opposant se trouvait enfermé au secret dans les locaux de l'Agence nationale du Renseignement (ANR). Pour les autorités congolaises, Ndongala était en "fuite" après une accusation pour "viol sur mineures".

Dernièrement, Amnesty International affirmait avoir des informations récentes sur l'opposant congolais. Plusieurs sources indiquaient qu'il se trouvait d'abord au camp militaire de Tchatchi, puis à la troisième direction des services nationaux du renseignement, à Kinshasa, où il aurait été détenu jusqu'au 2 août. ". Amnesty, comme certains de ses proches, affirmaient que le parlementaire était "en mauvaise santé et aurait perdu beaucoup de poids car il a manqué de nourriture et a été privé des soins nécessaires au traitement de ses pathologies chroniques".

Depuis ce matin et sa découverte sur la route de Matadi, on sait donc que Diomi Ndongala n'était visiblement pas en fuite, mais plus vraisemblablement détenu par les forces de sécurité congolaise quelque part à Kinshasa. Selon ses proches, le leader de la Démocratie Chrétienne (DC) est actuellement très fatigué et reste placé sous perfusion. Il devrait rapidement pouvoir s'expliquer sur ses 4 mois de "disparition", mais déjà, les responsables de la CD n'hésitent pas à parler de mauvais traitements.

La "libération" de Diomi Ndongala, ne doit rien au hasard. Dans moins de 24 heures s'ouvrira le 14ème Sommet de la Francophonie à Kinshasa. Le cas de la "disparition" de Ndongala constituait une affaire "embarrassante" pour Kinshasa, accusée par de nombreuses ONG de persécuter ses opposants politiques. Sa réapparition "surprise" tombe à pic autorités congolaises, qui s'apprêtent à recevoir samedi François Hollande. Le Président français avait dernièrement tancé Kinshasa sur la situation des droits de l'homme en RDC... visiblement le message a été reçu 5 sur 5.

Christophe RIGAUD - Afrikarabia

10 octobre 2012

RDC : Hollande joue gros à Kinshasa

La tension est montée d'un cran entre Paris et Kinshasa, à 2 jours de l'ouverture du Sommet de la Francophonie. François Hollande a durcit le ton contre le régime de Joseph Kabila en jugeant la situation "tout à fait inacceptable sur le plan des droits de l'homme". En critiquant Kinshasa et en ne boycottant pas le Sommet, comme le demandait l'opposition, le président français a fini par mécontenter tout le monde. Sa marge de manoeuvre sera extrêmement étroite, samedi à Kinshasa.

filtre DSC02398.jpgLa controverse sur la venue de François Hollande à Kinshasa pour le Sommet de la Francophonie qui doit débuter le 12 octobre n'en finit pas de faire des vagues. La dernière polémique en date émane du président français lui-même. Mardi dernier, dans d'une conférence de presse commune avec le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, François Hollande a déclaré que la situation en République démocratique du Congo (RDC) était "tout à fait inacceptable sur le plan des droits, de la démocratie, et de la reconnaissance de l'opposition".

François Hollande avait beaucoup hésité à se rendre à Kinshasa pour le Sommet de la Francophonie. Les élections frauduleuses de novembre 2011, les nombreuses violations des droits de l'homme, les arrestations arbitraires d'opposants politiques et la reprise de la guerre à l'Est avaient fini par jeter le trouble sur l'opportunité d'organiser le prochain Sommet en République démocratique du Congo.

L'opposition politique avait prôné la "délocalisation" du Sommet dans un autre pays comme cela avait été le cas pour Madagascar en 2010. Les opposants affirmaient que la seule présence du président français, légitimait le pouvoir en place et validait par la même occasion la réélection très contestable de Joseph Kabila. La dernière déclaration tonitruante de François Hollande contre le régime Kabila vise sans doute à rassurer l'opposition congolaise, très en colère contre la venue du président français. Cela suffira-t-il à calmer les esprits contestataires ? Sans doute pas. L'UDPS, le premier parti d'opposition a, certes, mis de l'eau dans son vin en modérant ses appels à manifester, mais le parti d'Etienne Tshisekedi lance tout de même une "occupation des rues et des boulevards". L'UDPS demande à ses sympathisants d'"accompagner" son leader à son tête à tête avec le président français, prévu le 13 octobre à l'ambassade de France de Kinshasa.

Si la venue de François Hollande n'était pas souhaitée par l'opposition, les autorités congolaises sont elles aussi mécontentes par les propos présidentiels. Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende a estimé ce mardi que la déclaration du président français, qui a jugé "tout à fait inacceptable" la situation de la démocratie dans le pays, ne reflétait "aucune réalité". Avec humour, Lambert Mende a répliqué au président français que si sa déclaration "concernait la situation dans l'Est en proie à un regain d'instabilité", alors "nous sommes tout à fait d'accord: la situation des droits de l'homme est tout à fait inacceptable".

Si l'opposition et les autorités congolaises attendent de pieds fermes François Hollande, avec "quelques reproches à formuler", seul le M23 salue la condamnation du président Hollande sur la situation des droits de l'homme en RDC. Le mouvement rebelle, en guerre contre l'armée régulière au Nord-Kivu, se félicite de la déclaration française : "il n'y a pas de démocratie, ni de droits de l'homme et  l'opposition est marginalisée" approuve le M23. "La communauté internationale commence à reconnaître et à découvrir les vraies réalités de notre pays. C'est parmi les causes de notre lutte armée", conclut le porte-parole de la rébellion à l'AFP.

François Hollande devra donc faire preuve d'habileté politique et de tact diplomatique lors de sa visite express dans le "chaudron congolais", où, mis à part le M23, personne ne semble complètement se satisfaire de sa simple venue. En août dernier, nous avions intitulé notre article sur la présence du président français à Kinshasa : Hollande dans le piège de Kinshasa. En réussissant, pour l'instant, à mécontenter tout le monde, François Hollande continue de s'enfermer patiemment  dans une situation très inconfortable. Pour s'en sortir, le président devra en quelques heures "briller" à Dakar dans un discours "humaniste" au continent africain et devra ensuite "montrer les dents" à Kinshasa face au président Joseph Kabila.Si tel est le cas, nous pourrons mesurer après cette première sortie présidentielle, le poids de la France en Afrique centrale… et même en Afrique tout court.

Christophe RIGAUD - Afrikarabia

07 octobre 2012

Kivu (RDC) : Kamerhe a-t-il la solution ?

Le président de l'UNC, Vital Kamerhe, a présenté le 5 octobre son "plan de sortie de crise" du conflit qui secoue l'Est de la République démocratique du Congo (RDC). L'ancien président de l'Assemblée nationale révèle que Kinshasa et le M23 négocient déjà "sous l'égide du président ougandais Museveni" et appelle au dialogue avec le Rwanda. Kamerhe demande également au président Kabila d'ouvrir un débat national avec l'ensemble des partis politiques, de la société civile et de la diaspora congolaise. Si le "plan Kamerhe" semble avancer des évidences, il a au moins le mérite de briser un tabou : la nécessité de réunir tous les protagonistes autour d'une table.

Vital Kamerhe octobre 2012.jpg"La nation est en danger". Pour Vital Kamerhe, l'ancien bras droit de Joseph Kabila, passé à l'opposition depuis 2010, "le péril, ce sont ces guerres récurrentes qui déstabilisent notre pays depuis bientôt deux décennies". Depuis avril 2012, un nouveau conflit agite le Nord-Kivu et oppose la rébellion du M23 aux forces gouvernementales. Le M23, n'est que le "copier-coller" d'un autre mouvement rebelle, le CNDP, qui avait lui aussi affronté Kinshasa dans la même région, en 2008.

Comment "arrêter la guerre" ?

Selon Kamerhe, le président de l’Union pour la nation congolaise (UNC), ce conflit a de sérieux risques de s'étendre "vers le Sud (Sud-Kivu et Nord-Katanga) et vers le Nord (Ituri), au vu de la multiplicité des acteurs impliqués et des groupes armés". Le "plan Kamerhe" propose "d'arrêter la guerre". Pour cela, "Kigali et Kinshasa doivent se parler sincèrement et conclure une vraie paix des braves autour de (…) la sécurité commune des frontières, des groupes armés, du trafic illicite des minerais du Congo". Dans son "plan de sortie de crise", Kamerhe révèle un "secret de polichinelle" en affirmant que "le gouvernement de la RDC est déjà en discussion avec le M23, sous l’égide du Président Yoweri Museveni qui préside la Conférence Internationale sur la Région des Grands-Lacs".

Pour l'ancien président de l'Assemblée nationale congolaise, Joseph Kabila doit ouvrir un grand débat avec les acteurs de la société congolaise et "associer tous les leaders politiques et de la Société civile de tous bords, ainsi que la diaspora congolaise, à la recherche d’une solution durable à ce problème". Le président de l'UNC, veut récréer "la cohésion nationale" indispensable au retour de la sécurité en RDC. Selon lui, "aucune opération militaire, y compris les opérations conjointes avec l’Ouganda et le Rwanda sur le territoire congolais, n’a apporté la solution escomptée, à savoir l’anéantissement des rebellions et des groupes armés". A son "humble avis", toutes ces solutions "se sont plus attaquées aux effets qu’aux causes réelles de l’insécurité dans la sous-région des grands lacs".

Un geste vers Tshisekedi et Bemba

Sur le plan national, Vital Kamerhe demande à Joseph Kabila de tendre la main à l'opposition et recommande "une visite surprise à Monsieur Etienne Tshisekedi, l’écouter le rassurer et lever le cordon sécuritaire qui entoure sa résidence. Il ne mérite pas le traitement humiliant qu’il subit actuellement". Le président de l'UNC souhaite également que la Cour pénale internationale (CPI) clôture officiellement le dossier concernant Jean-Pierre Bemba (en prison depuis 5 ans, après sa défaite face à Joseph Kabila, lors de l'élection présidentielle de 2007). Kamerhe demande aussi un geste d'apaisement concernant les "détenus d'opinions" comme Chalupa, Kuthino ou Mokia, mais veut aussi rassurer d'autres opposants comme Mbusa Nyamuisi, Diomi Ndongala (dont la famille dénonce sa détention par le régime) et Roger Lumbala.

Crédible ?

Si le "plan Kamerhe" énonce un certain nombre d'évidences pas vraiment originales, il recèle quelques qualités. La première : briser le tabou autour du terme de "négociation", que Kinshasa ne veut prononcer sous aucun prétexte. Il semble en effet évident qu'à un moment ou un autre, les autorités congolaises et le M23 se mettront autour d'un table… alors pourquoi attendre ? (surtout que d'après Kamerhe, c'est déjà fait). Deuxième qualité : "le plan Kamerhe" est la seule sortie de crise proposée par l'opposition qui ne met pas comme préalable le départ du pouvoir du président Joseph Kabila. Pour la grande majorité des autres partis d'opposition (comme l'UDPS) : le principale problème étant Joseph Kabila lui-même, rien ne doit être fait, avant son départ, et surtout pas de négocier avec le M23. Cette position se discute, mais elle possède un important désavantage : le temps file et rien ne se passe (et déjà plus de 6 mois de crise).

Comme pour la campagne présidentielle de 2011, pendant laquelle Vital Kamerhe avait publié un livre programme : "Les fondements de la politique transatlantique de la RDC", son "plan de sortie de crise" a le mérite de coucher sur le papier son projet "noir sur blanc". Il est vrai que l'on attend toujours le programme électoral d'Etienne Tshisekedi ou de Joseph Kabila pendant la dernière présidentielle… et encore plus leurs stratégies pour ramener la paix à l'Est. Mais pour être crédible, le "plan Kamerhe" devra franchir de nombreux obstacles et tout d'abord celui de la légitimité. L'ancien directeur de campagne de Joseph Kabila en 2006 a toujours du mal à se faire accepter dans "le camp de l'opposition". Avant, pendant et après les élections de 2011, nombreux sont ceux qui doutaient de sa franchise. Beaucoup pensent encore que Vital Kamerhe doit faire ses preuves d'opposant au régime, lui qui a servi pendant si longtemps l'actuel président Kabila. Pendant la campagne électoral, certains l'on accusé de "taupe" du régime chargé de faire perdre Thsisekedi (Kamerhe est arrivé en troisième place à la dernière présidentielle). Un câble diplomatique secret, révélé par Wikileaks, donnait un portrait "nuancé" du patron de l'UNC : "Kamerhe recourt fréquemment au mensonge pour s'assurer un gain politique. (…) Nos informateurs nous rapportent que son ambition aveugle de devenir un jour président a compromis son jugement"… des propos qui ne rassurent personne à Kinshasa sur les intentions réelles de l'ancien président de l'Assemblée nationale. Dernier obstacle : Vital Kamerhe vient de l'Est, de Bukavu au Sud-Kivu. Ce qui pourrait apparaître comme un atout, car il connaît bien la région et les causes du conflit, devient un handicap pour convaincre, conquérir et s'imposer politiquement dans le reste des provinces congolaises. Une chose est sûre : avec son "plan de sortie de crise", Vital Kamerhe entend s'imposer sur l'échiquier politique congolais et rester un interlocuteur de premier ordre dans le conflit du Kivu, aux yeux de la communauté internationale. Pour cela au moins, le "plan Kamerhe" a déjà réussi.

Christophe RIGAUD - Afrikarabia

Photo : Vital Kamerhe le 5 oct 2012 © UNC

04 octobre 2012

RDC : Thierry Michel gagne en justice face à John Numbi

La justice belge a autorisé mercredi 3 octobre l'affiche du film de Thierry Michel sur l'affaire Chebeya. L'ancien chef de la police congolaise demandait son interdiction pour l'utilisation de sa photo qui le présente comme le commanditaire de l'assassinat de ce militant des droits de l'homme. Thierry Michel estime qu'il s'agit d'une "belle victoire de la liberté de la presse".

Affaire Chebeya.pngUn cas d'école. L'affaire de l'affiche du documentaire de Thierry Michel sur l'assassinat du défenseur de droits de l'homme congolais, Floribert Chebeya, fera date dans l'histoire du droit à l'image et à l'information. Le général John Numbi avait en effet intenté un procès en référé au cinéaste Thierry Michel afin d'interdire la diffusion de l'affiche du documentaire sur laquelle figure sa photo à côté de celle de Floribert Chebeya. Selon John Numbi, cette image le présente comme le commanditaire de l'assassinat, alors qu'il n'est toujours pas poursuivi par la justice congolaise. Tout le travail de Thierry Michel, dans son film "L'affaire Chebeya, un crime d'Etat ?" consiste justement à démontrer que toutes les pistes convergent vers John Numbi,qui serait le probable "donneur d'ordre" de l'assassinat du célèbre militant des droits de l'homme. Dans le film, le cinéaste a recueilli le témoignage d'un policier, jugé par contumace, qui met en cause directement Numbi. Très proche de l'actuel président Joseph Kabila, John Numbi a été suspendu de ses fonctions en attendant son éventuelle comparution devant les tribunaux congolais. Visiblement, le film de Thierry Michel dérange au plus haut point le pouvoir en place à Kinshasa, qui a toujours cherché à éviter un procès à son ancien chef de la police. L'affaire de l'interdiction de l'affiche  a sonné comme une ultime pression de Numbi sur le cinéaste.

Mercredi à Liège, bien loin de Kinshasa, la justice belge a tranché et a débouté John Numbi. Le tribunal a estimé que l'affiche constituait bien une information sur l'affaire Chebeya et ne visait pas à exploiter commercialement l'image de John Numbi. La photo incriminée avait d'ailleurs été reprise par les principales agences de presse, ainsi que la plupart des médias internationaux.  La justice a ensuite fait remarqué que le titre du documentaire, "L'affaire Chebeya, un crime d'Etat ?", avec son point d'interrogation, présentait "un équilibre acceptable". Le juge belge a donc déclaré la demande d'interdiction de l'affiche "non fondée" et condamné John Numbi verser la somme de 1.320 euros à Thierry Michel et à la société de production "Films de la Passerelle".

Pour le cinéaste, il s'agit d'une "belle victoire de la liberté de la presse et de la liberté d'expression sur le droit à l'image d'un personnage public (John Numbi, ndlr) dans l'exercice de ses fonctions". Thierry Michel s'inquiète tout de même de "l'intimidation", qui "est bien là vis-à-vis de la presse congolaise" et notamment "avec la déclaration du conseiller juridique de John Numbi qui annonce qu'il poursuivra en diffamation toute personne de la presse nationale ou internationale qui associera l'image du Général à l'Affaire Chebeya !"

Quant à l'affaire sur l'assassinat de Floribert Chebeya, jugée en ce moment à Kinshasa, la prochaine audience du procès en appel des policiers accusés, a été reportée au 23 octobre, quelques jours après le Sommet de la Francophonie qui se déroulera en République démocratique du Congo (RDC). La Haute cour militaire devra notamment se prononcer sur la comparution du général Numbi... peut-être la prochaine victoire pour Thierry Michel.

Christophe RIGAUD - Afrikarabia

02 octobre 2012

RDC : John Tshibangu tente une offensive au Kasaï

L'Apareco, le mouvement de l'opposant Honoré Ngbanda a annoncé depuis Paris, que le colonel John Tshibangu venait de lancer une offensive militaire au Kasaï-Oriental. Les troupes de ce colonel dissident se seraient emparées dimanche 30 septembre de la ville de Kabeya Kamwanga. Le bilan serait de 3 morts parmi les soldats de l'armée régulière (FARDC). Pour l'instant, les autorités congolaises n'ont pas confirmé l'information.

carte Kabeya.jpgDans un communiqué publié à Paris, l'Apareco, un mouvement d'opposition au régime de Joseph Kabila, a annoncé la prise de la ville de Kabeya Kamwanga par les hommes du colonel John Tshibangu. Ce colonel de l'armée congolaise avait fait défection et pris le maquis en août 2012 avec une partie de ses hommes. Soupçonné d'abord par Kinshasa d'être proche des rebelles du M23, les autorités congolaises l'accusent maintenant de soutenir Etienne Tshisekedi, candidat malheureux aux dernières élections de novembre 2011. John Tshibangu n'a en effet jamais caché son objectif : chasser le président Joseph Kabila du pouvoir pour y placer Etienne Tshisekedi, "le seul vainqueur du scrutin" et faire ainsi respecter "la vérité des urnes". La réélection de Jopseph Kabla avait été fortement contestée par l'opposition congolaise.

Depuis l'entrée en dissidence de Tshibangu, Kinshasa s'était lancé dans une véritable traque dans la région du Kasaï, où ses troupes s'étaient regroupés. Le 29 août dernier, "des hommes en uniformes lourdement armés" avait investi le village d'Etienne Tshisekedi, Kabeya Kamwanga. Selon l'UDPS : "ces soldats avaient procédé à la fouille systématique de toutes les maisons dont la résidence privée du président au motif qu'ils étaient à la recherche d'armes ainsi que du Colonel dissident John Tshibangu".

Ce serait donc dans cette même ville, Kabeya Kamwanga, que les soldats de Tshibangu auraient lancé une attaque dimanche 30 septembre, dans la matinée et auraient pris le contrôle de la localité. Selon le communiqué de l'Apareco, qui annonce le début d'une "marche pour la libération totale de la République Démocratique du Congo". "Beaucoup d’armes et de munitions appartenant aux forces ennemies ont été saisies et plusieurs officiers et soldats congolais des FARDC ont rejoint les forces patriotiques", précise de mouvement d'Honoré Ngbanda. Un premier bilan ferait état de 3 morts du côté de l'armée congolaise, qui aurait ensuite quitté la ville. Pour l'instant ces informations sont à prendre au conditionnel, Kinshasa n'ayant pas encore confirmé l'attaque de la ville de Kabeya Kamwanga.

Début septembre,  le Colonel Tshibangu avait rejoint l'Apareco, le mouvement d'opposition dirigé par Honoré Ngbanda, l'ex "monsieur sécurité" du maréchal Mobutu. Selon l'Apareco, le Colonel dissident s'était placé "sous l'autorité" d'Honoré Ngbanda, avec pour objectif, le "départ du président Kabila". Depuis l'attaque de Kabeya Kamwanga, l'Apareco estime que "la tenue du Sommet de la Francophonie dans un tel contexte nuirait gravement aux intérêts du peuple congolais puisqu’elle vise clairement à renforcer le régime criminel et d’imposture" du président Joseph Kabila. L'Apareco demande donc "aux pays membres de l’OIF et à la France en particulier pour qu’ils renoncent tous à la tenue de ce Sommet indécent".

Christophe RIGAUD - Afrikarabia

27 septembre 2012

Kivu (RDC) : Le calme avant la tempête ?

Si le front militaire est encore calme entre les rebelles du M23 et l'armée régulière, la situation sécuritaire se tend autour de la ville de Goma. Une série d'attaques depuis le début de la semaine fait craindre une reprise des combats dans la région, une fois le sommet de la CIRGL et le Sommet de la Francophonie passés. L'aile militaire du mouvement rebelle semble prête à l'épreuve de force.

filtre DSC02372.jpgDepuis le mois d'avril, l'armée régulière de la République démocratique du Congo (FARDC) affronte les rebelles du M23, qui contrôlent maintenant le territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu. Cet été, le mouvement rebelle a installé une administration parallèle dans ces zones et menace toujours de prendre la ville de Goma, la capitale provinciale. Depuis plusieurs semaines, un calme précaire était revenu pendant que la diplomatie essayait de trouver une porte de sortie au conflit. Mais pour le moment aucune initiative ne semble porter ses fruits. L'ONU hésite à condamner trop fermement le Rwanda, accusé de soutenir la rébellion et la République démocratique du Congo refuse toujours de négocier avec les rebelles. Une «force neutre» pourrait se mettre en place entre la frontière congolaise et rwandaise, mais ses contours et son financement demeurent très incertains. Au mieux, elle se mettra en place dans plusieurs mois, ce qui laisse encore du temps au M23 pour s'installer et progresser.

Sur le terrain militaire, le calme devrait tenir encore quelques jours, ou quelques semaines. Deux rendez-vous internationaux mobiliseront l'attention des différents protagonistes du conflit : la rencontre des chefs d'Etats de la région, le 8 octobre à Kampala, au cours de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) et enfin le Sommet de la Francophonie, prévu à Kinshasa du 12 au 14 octobre prochain. Après ? Personne ne peut prédire l'avenir, mais les militaires du M23 risquent fort de reprendre la main sur l'aile politique du mouvement. Selon une source, les soldats du M23 sont convaincus qu'il «faut aller plus loin». Car depuis plusieurs semaines, la simple revendication des accords du 23 mars (d'où le nom de M23) ne suffit plus. Les revendications sont devenues plus «globales» et résoluement «anti-Kabila». D'après l'aile militaire de la rébellion, «il y a eu trop de morts, trop de populations déplacées pour continuer à faire confiance au président Joseph Kabila. On ne peut plus se retrouver dans cette armée là». A la question «que ferez-vous par la suite ?», la réponse est claire : «on avance !».

Sans jouer les oiseaux de mauvais augure, il est donc fort à parier que la situation sécuritaire risque de se dégrader après la mi-octobre. En début de semaine, plusieurs attaques de nuit ont déjà agité la ville de Goma. Selon les autorités provinciales, 12 personnes seraient mortes des suites de nombreuses fusillades et d'attaques à la grenade. Le porte-parole de la région du Nord-Kivu, Ernest Kyaviro, a précisé à l'agence Reuters qu'il s'agissait sans doute «d'une infiltration de rebelles du M23». L'information est difficile de vérifier, d'autant que depuis la réactivation de la guerre dans la région, de nombreux groupes armés ont repris du service et terrorisent régulièrement la population. Une chose est sûre, la «poudrière des Kivus» ne demande qu'une étincelle pour s'enflammer de nouveau.

Christophe RIGAUD - Afrikarabia

Photo (c) Ch. Rigaud www.afrikarabia.com

26 septembre 2012

RDC : Thierry Michel toujours sans visa

Le réalisateur du documentaire "L'affaire Chebeya, un crime d'Etat ?" attend toujours son visa pour participer au Sommet de la Francophonie en République démocratique du Congo (RDC). Après son expulsion de Kinshasa en juillet dernier, Thierry Michel avait pourtant reçu l'assurance du Premier ministre congolais et de Yamina Benguigui que la RDC lui délivrerait bien un visa. Le 20 septembre, l'ambassade a refusé sa demande. Le réalisateur belge vient également d'être cité en référé devant le tribunal de Liège par John Numbi, chef de la police congolaise, mis en cause dans son film.

Capture d’écran 2012-09-26 à 22.01.07.pngLe cinéma documentaire est un sport de combat et le réalisateur Thierry Michel est particulièrement bien placé pour le savoir. Depuis la sortie de son film "L'affaire Chebeya, un crime d'Etat ?", Thierry Michel enchaîne les parcours d'obstacles. Son documentaire, particulièrement réussi, raconte la chronique du procès des assassins de Floribert Chebeya, un activiste des droits de l'homme éliminé par l'appareil sécuritaire congolais. En filigrane du film, est évoqué la responsabilité du chef de la police, John Numbi, un proche du président Joseph Kabila. Cité en témoin, John Numbi est pourtant absent du boxe des accusés, alors que toutes les pistes le désignent comme le commanditaire du meurtre. La thèse de Thierry Michel est partagée par l'ensemble les ONG congolaises et internationales sur le sujet : il s'agit bien d'un assassinat politique.

Promesse non tenue

C'est à la sortie du film que les ennuis commencent pour Thierry Michel. Le documentaire est d'abord interdit (sans surprise) par Kinshasa, ce qui ne l'empêche pas d'avoir une carrière clandestine en RDC. En juillet dernier, Thierry Michel se fait ensuite expulser du Congo, dès sa sortie d'avion. La ministre française, Yamina Benguigui, monte au créneau et promet que le cinéaste obtiendra son visa pour le Sommet de la Francophonie prévu les 12, 13 et 14 octobre prochain à Kinshasa. Yamina Benguigui tient même sa promesse du Premier ministre congolais lui-même. Rassuré, Thierry Michel dépose son passeport le 17 septembre, accompagné d'une lettre d'invitation à l'ambassade de RDC en Belgique. Le 20 septembre, la sentence tombe : visa refusé. Thierry Michel se demande donc s'il pourra participer, comme prévu, au XIVème Sommet de la Francophonie, fixé du 12 au 14 octobre prochain.

Témoin surprise

Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Juste après avoir été refoulé de l'aéroport de Kinshasa, le 8 juillet dernier, Thierry Michel relance l'affaire Chebeya avec un témoignage inédit. Le cinéaste recueille l'interview de Paul Mwilambwe, un policier qui dit avoir assisté à l'assassinat de Floribert Chebeya. Pour Paul Mwilambwe, le "donneur d'ordre" de l'assassinat s'appelle John Numbi. Celui-ci aurait promis 500.000 dollars au major Christian Ngoy en échange de l'élimination de Chebeya. Le témoignage de Mwilambwe, que nous avons pu lire, est circonstancié, précis et vérifiable. Thierry Michel s'étais dit prêt à "transmettre à la justice" l'entretien filmé avec le policier, aujourd'hui en fuite à l'étranger. Depuis, plus personne ne semble s'y intéresser.

Mauvaise publicité

Capture d’écran 2012-09-26 à 20.45.22.pngCeux-ci expliquant peut-être cela, le réalisateur de  "L'affaire Chebeya, un crime d'Etat ?",  vient d'être dernièrement cité en référé devant le Tribunal de 1ère instance de Liège, par le Général John Numbi, chef de la police congolaise au moment de l'assassinat de Chebeya. Motif : John Numbi souhaite faire interdire la diffusion de l'affiche du documentaire sur laquelle figure son image, à côté d'une photographie de la victime, Floribert Chebeya. Numbi réclame 5.000 euros d'amende au réalisateur Thierry Michel et sa productrice pour chaque affiche publiée.

Pour le  cinéaste, "il s'agit bien d'une atteinte au droit de la presse et à la liberté d'expression de la part du Général Numbi". Et de s'étonner : "John Numbi, lors de sa comparution devant la Cour militaire, a été photographié par les nombreux photographes présents. Ces photos ont été diffusées dans de nombreux médias nationaux et internationaux depuis plus de 16 mois déjà. A ce jour, sur Internet, John Numbi est cité 715.000 fois dans le cadre de l'assassinat et du procès Chebeya, et très souvent avec sa photo". Selon Thierry Michel, "l'affiche du film est publique depuis les avant premières organisées en novembre 2011 et janvier/février 2012 et le film est sorti dans les salles de cinéma en Belgique en mars 2012 et en France en avril 2012". L'audience en référé aura lieu mercredi 3 octobre au tribunal de Liège et le jugement sera prononcé le jour même.

Christophe RIGAUD - Afrikarabia

Pour en savoir, plus vous pouvez consulter le site du film :  www.chebeya-lefilm.com